Se connecterS'abonner en ligne

Panama : le monde de la fraude fiscale en émoi

Référence de l'article : IF5274
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Stéphane MONTABERT,Fondateur de l'UDC Renens (Suisse),(8 avril 2016)

Les Panama Papers défrayent la chronique. Pour une fois, nous avons échappé au suffixe –leaks, par trop galvaudé, mais pas au scandale lié à l’éclatement d’un secret colossal. Le cabinet Mossack Fonseca du Panama est sur toutes les lèvres. Les montages économico-financiers des élites s’étalent dans les journaux. Le grand public est invité en session de rattrapage sur les trusts, les prête-noms et les divers circuits de l’argent caché.

Les secrets d’un des plus gros cabinets spécialisés panaméens viennent d’être mis sous le feu des projecteurs, une lumière franche et crue qui les révèle et les détruit. Le volume d’informations est sans précédent non seulement en volume – 2,6 Téraoctets de données, soit 1 500 fois le volume de la fuite du Cablegate qui permis l’envol de Wikileaks en 2010, mais aussi en qualité.

Les affaires rapportées s’étalent sur plusieurs décennies, commençant il y a 39 ans et s’achevant en 2015. Il y a tout : photocopies de passeport, détenteurs réels des comptes, historique des flux financiers. Les interactions des montages panaméens avec d’autres banques promettent de détricoter une maille qui n’a pas fini de livrer de nouveaux noms et de susciter la frénésie des services fiscaux.

Déni et premières victimes

Le lanceur d’alerte original livra un volume de données absolument gigantesque au journal allemand Süddeutsche Zeitung, qui s’en effraya. Les 11 millions de documents furent alors confiés à un réseau, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), pour que chaque pays puisse traiter l’information s’y rapportant. Des journalistes du Monde purent donc examiner les données ayant trait à la France ; en Suisse, l’information fut partagée entre le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung.

Les noms des propriétaires véritables de quelques 215 000 sociétés offshore filtrent peu à peu. 140 politiciens issus de plus de 50 pays. Des liens entre compagnies reliant entre eux 21 paradis fiscaux. Des chefs d’État en exercice.

Tous les pays sont concernés. Mexique, Côte d’Ivoire, Ghana… Au moins 8 membres passés ou présents du Comité Permanent du Bureau Politique du Parti Communiste chinois. La famille du Premier ministre du Pakistan, ou du Royaume-Uni. Des proches de Vladimir Poutine. Gianni Infantino, le nouveau M. Propre du football qui succéda à Sepp Blatter. Le Premier ministre d’Islande, forcé à la démission sous la pression de la rue.

Évidemment, les cabinets de communication sont prompts à réagir. On aimerait que les coupables soient dans le camp d’en face. En France, les rédactions s’efforcent donc de tirer des liens entre le cabinet d’avocat Mossack Fonseca et certains membres de l’entourage de Marine Le Pen, sans parvenir jusqu’à présent à la mettre directement en cause. Mais la fumée chez les Le Pen ne parvient pas à masquer Jérôme. Cahuzac, ex-ministre de M. Hollande, directement cité, ni M. Strauss-Kahn, à travers un fonds de placement postérieur à l’époque du Sofitel. Pour les Républicains, on citera M. Patrick Balkany, cofondateur du RPR, excusez du peu.

La classe politique française ne sort décidément pas indemne des Panama Papers, toutes tendances confondues. La Suisse n’est pas directement concernée par les noms mais se rattrape par son rôle de cheville ouvrière du circuit de l’opacité. Maître Bonnant se voit ainsi tailler un costume dans les colonnes de 24 Heures. Lui et ses confrères avocats ont travaillé d’arrache-pied pour créer des milliers de trusts et autres sociétés offshore destinées à cacher l’identité de leurs clients et de leur fortune.

Les hommes de loi se retranchent derrière l’absence de reproches de services de vérification décidément bien myopes. Ils clament un peu trop vite que tout ceci est évidemment légal. Restons prudents et attendons que la poussière retombe. Les services fiscaux diligenteront des vérifications qui permettront de savoir ce qu’il en est. On a le droit de douter que tout soit aussi parfait que ce que nos avocats prétendent.

Les Panama Papers ne montrent pas de tendance géographique, politique, culturelle. Les riches et les puissants de tous horizons semblent y avoir recours. La seule fracture est donc entre les gens normaux et les happy few qui ont accès à ces méthodes particulières pour cacher leur fortune.

Autopsie du secret bancaire

Le secret bancaire n’est pas mort avec les pressions internationales, les listes « noires » ou « grises » de paradis fiscaux. Il a été tué par la conjonction de deux facteurs, linformatisation et l’abandon de lÉtat de droit par les autorités.

Les registres papier ont disparu des banques depuis bien longtemps. L’informatique est passée par là, plus rapide, plus efficace, plus moderne. Plus vulnérable aussi. Après le passage au numérique vint la mise en réseau, la délocalisation, le tournus du personnel, la rationalisation des coûts. De nouvelles faiblesses apparurent à chaque étape, serveurs mal défendus, employés en butte avec leur hiérarchie, aigrefins décidés à jouer les maître-chanteurs. Comment empêcher un informaticien ayant accès aux données de prendre discrètement des photos d’écran de listings affichés sur son moniteur ?

Ces données volées à l’UBS furent gravées sur CD et vendues au fisc de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, lequel savait parfaitement qu’il se donnait alors le rôle de receleur d’un vol qualifié. L’État allemand franchit la ligne rouge en 2012, renonçant à respecter ses propres lois par appât du gain. Les perspectives de juteux redressements fiscaux firent oublier tout le reste aux autorités, sous les applaudissements de la population. Peu de gens conçoivent à quoi mène la boîte de Pandore qui fut ouverte ce jour-là.

Les Américains sont comparativement peu nombreux dans les Panama Papers. Certains y virent la marque d’un complot, alors que la réalité est toute autre : pour cacher leur richesse ils n’ont pas besoin de quitter les États-Unis.

Même si l’ICIJ traîne des pieds, les informations des Panama Papers finiront tôt ou tard entre les mains des services fiscaux de divers pays sans que personne ne se pose plus la question de leur légalité ou de la protection de la sphère privée. Quelques politiciens s’en inquiétèrent à travers des remarques tardives qu’Edward Snowden ne manqua pas de relever dans un tweet ironique :



Traduction du tweet d'Edward Snowden :
"La porte-parole du Premier ministre anglais David Cameron dit 
que les investissements familiaux sont des « affaires privées ».

Oh !, alors maintenant, il s’intéresse à la vie privée...! "

La fin des secrets ?

La liste des leaks s’allonge sans discontinuer. CablegateOffshore LeaksLuxembourg LeaksSwiss LeaksPanama Papers… Nous n’en verrons pas le bout. Aux vulnérabilités techniques s’ajoute la tolérance des États lorsqu’il s’agit d’exploiter à des fins fiscales des données volées.

Nous n’assisterons pas à une nouvelle affaire de leak chaque semaine, bien entendu, mais comment cela pourrait-il cesser ? Tant que des êtres humains seront impliqués dans le système, il sera vulnérable, malgré tous les algorithmes de cryptage.

Les Panama Papers ne dévoilent qu’une partie des affaires ayant trait à ce pays, une goutte d’eau dans l’océan de la finance occulte. Mais les archives dévoilées remontent jusqu’en 1977. Sachant cela, quel client de ce type de service peut se sentir en sécurité ?

Cités ou non, la plupart des membres de l’élite comprennent que leurs jours de tranquillité sont comptés. Ils seront forcément découverts, demain ou dans dix ans. Une épée de Damoclès pèse sur tous les clients de paradis fiscaux.

Tout le monde n’est évidemment pas logé à la même enseigne. Lorsque le Premier ministre islandais est forcé à la démission, les communistes du parti unique chinois se contentent de faire dire à leurs médias qu’il s’agit d’un complot et passent à autre chose. Certains clients de Mossack Fonseca cherchaient à échapper à la spoliation par des régimes autoritaires, d’autres ne visaient qu’à diminuer la facture de leurs impôts, la limite entre les deux étant parfois une question de point de vue.

Cacher son argent de façon certaine et dans la durée n’a jamais été aussi difficile. Cela aura des conséquences sur le monde des affaires et les milieux politiques. Dans le meilleur des cas, nous verrons une diminution du volume de la corruption, voire l’émergence de véritables paradis entrepreneuriaux où il n’y aura plus besoin d’aller placer les fruits de son succès à l’abri à l’autre bout du monde. Dans le pire, la voracité des fiscs nationaux n’aura plus de limite et ils détruiront sans hésiter les derniers oasis de richesse privée. Les politiciens se gracieront les uns les autres pendant qu’une majorité de citoyens apathiques les reconduiront au pouvoir.

Les Panama Papers ouvrent un nouveau chapitre de la finance mondiale, mais le texte reste à écrire.

____________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2016/04/08/246290-panama-papers-le-defi-de-la-transparence 
 
(Mis en ligne le 8 Avril 2016)




Articles similaires
France : pas de véritable choc fiscalRetraites : que penser du dernier Rapport du COR...France : la compétitivité des services s'est...Le diable Jupitérien est dans les détailsQuel est l'impact économique du report du...La flexisécurité génére-t-elle de bons résultats...Le financement de la protection sociale...Diminution charges sociales, hausse CSG : les...Pourquoi la contribution additionnelle de 3%...En 2016, 55 000 entrepreneurs au chômage : un...Chômage : adieu les faux remèdes électoralistes,...Patrimoine de Macron: le Procureur de la...Retraites: les 5 programmes des 5 principaux...Taxer les robots : bonne ou mauvaise idée ?Les 5 approches très différentes de la fiscalité,...Faut-il accorder une indemnité chômage aux...Comment ponctionner 28 milliards d'euros aux...Coût du travail qualifié: comment se situe la...Les délires extravagants du loyer fictif, tels...Quand le RSI double l'addition et envoie ses...Le projet fou de taxer les loyers fictifs...L'ancien dircab de Valls, et ancien préfet...Politique fiscale française : confessions...Pourquoi la baisse de l'IS serait une mesure...Où en serait Agnès SAAL, si on lui appliquait la...Bitcoin et blockchain: comment le fisc va-t-il...Les classes moyennes supérieures devenues les...Fiscalité: il faut favoriser la prise de risques,...Le revenu de base universel: une dangereuse...Comme l'ISF ruine l'Etat à petit feu,...Coût du travail: cette incapacité chronique à...Dès 1898, Yves GUYOT décrivait très bien les...Swissleaks, Luxleaks, Panama Hack : le coup de...Evasion fiscale : concurrence ou connivence en..."Panama Papers": réunion de l'OCDE...La loi Travail vaut-elle encore la peine...La loi El-Khomri : déjà en retard d'une...Fiche de paie simplifiée : le véritable objectif...Pression fiscale sur les ménages : un bien triste...La loi El-Khomri : un coup de maître politique?Les pièges du projet de loi El-KhomriUE : RV mercredi 27 contre l'optimisation...L'impunité fiscale, ou la forte tolérance...Qui sont les privilégiés, en richesse, revenus,...De la différence entre riche et pauvre selon que...Dividendes des start-up: le lobby des médecins à...Prélèvements sur le travail : la France,...L’exonération fiscale, ou le populisme en...Et si les Assises de la Fiscalité décidaient de...Urgences et priorités fiscales du gouvernement...Paradis fiscaux: coût pour la FranceL’inquisition fiscale est en marche