Se connecterS'abonner en ligne

L'indice des prix à la consommation est passé, en quelques décennies, de "imprécis" à "mensonger"

Référence de l'article : IF7251
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Jean-Luc TARI,Essayiste,(9 Décembre 2018)

 

En ces jours de mobilisation des gilets jaunes, un ouvrage paru en septembre 2018 donne un éclairage intéressant sur ce mouvement populaire. Le livre de Philippe Herlin , "Pouvoir d’achat, le grand mensonge", dévoile une vérité cachée. L’indice des prix à la consommation calculé tous les ans par l’Institut national des statistiques et des études économiques est minoré.
 
Cet indice est basé sur des produits dont la liste est secrète ; officiellement pour empêcher d’éventuelles manipulations des résultats par les pouvoirs publics. Ceux-ci pourraient bloquer les prix des produits faisant partie du calcul de l’indice.

Toutefois, l’INSEE a décidé d’appliquer des règles arbitraires pour le calcul de l’indice des prix à la consommation :
Les impôts directs, les cotisations sociales et les intérêts des crédits ne sont pas des achats de "consommation directe" et ils ne sont donc pas pris en compte ;
– Les achats de biens immobiliers (investissements) et les travaux d’entretien des propriétaires ne sont pas non plus pris en compte ;
L’INSEE intègre un « effet qualité » : il s’agit de prendre en compte l’amélioration des produits induit par le progrès. Ainsi, les biens qui intègrent des améliorations (ordinateurs, smartphones, autos, vêtements, produits alimentaires, etc.) font l’objet d’une minoration des prix affichés à la vente.

Ces règles conduisent à des aberrations dans le calcul de l’indice des prix à la consommation, selon Philippe Herlin. Ainsi, les charges locatives pèsent pour 6 % dans l’indice des prix à la consommation, alors que leur poids réel est bien supérieur pour les ménages. L’application de l’effet qualité aux ordinateurs pendant des années génère un prix actuel de ... cinquante euros pour les ordinateurs les moins chers proposés à la vente.

Ces règles ont surtout pour conséquence de minorer le taux d’inflation. Elles permettent de masquer une éventuelle perte de pouvoir d’achat : celui-ci se calculant par la différence entre les variations de revenus et le taux d’inflation. Les revenus sont bien connus par les services de Bercy, mais l’indice des prix à la consommation est un indicateur évaluant le panier moyen des Français.

Philippe Herlin a évalué les variations du pouvoir d’achat sur cinquante ans. Il compare les prix par rapport au salaire d’un smicard. Par exemple, le réfrigérateur le moins cher représentait 1,7 SMIC en 1965 et 0,38 SMIC en 2015. La voiture bas de gamme représentait plus de 12 SMIC en 1965 et 10,6 SMIC en 2015. Sur le long terme, ce sont les gains de productivité qui permettent la baisse des prix.

D’après les calculs de Philippe Herlin [*], le pouvoir d’achat s’accroît fortement entre 1965 et 1975, puis il stagne entre 1975 et 1990 (chocs pétroliers) ; il s’accroît modérément entre 1990 et 2000 (effet mondialisation) et il décroît entre 2000 et 2015 (hausse des prix du logement et des matières premières). Sur la même période, le pouvoir d’achat s’accroît tous les ans, selon l’INSEE, sauf en 1984, 2012 et 2013. On comprend mieux pourquoi de nombreux Français ont l’impression de perdre du pouvoir d’achat….





(Pour commander ce livre, cliquer sur sa couverture)

[*] : M.Philippe HERLIN, docteur en économie (CNAM), est économiste et auteur de plusieurs livres.
____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/livre-pouvoir-dachat-le-grand-mensonge-de-philippe-herlin/?mc_cid=facf00aeb8&mc_eid=e4617e9091
 
(Mis en ligne le 9 décembre  2018)

  

Articles similaires
Indemnisations chômage des cadres : comment...Hold-up du Gouvernement sur les provisions de...Les dépenses sociales explosent, la société...Que financent mille euros de dépenses publiques...Les Grandes Entreprises échappent-elles à...Impôts sur les successions : le projet fou de...La France championne de la fiscalité? En nombre...Taxer la viande : le projet se préciseRéformes sociales : Macron avance-t-il masqué ?En réalité, pour les entreprises françaises, le...Statistiques : la France divise par 2 les...Le Hold up qui se prépare sur les taxes locales :...Quinquennat Macron : déjà 8 nouvelles...Assurance-maladie: pourquoi Macron sera contraint...La retraite de demain : pour une réforme...Quelle est vraiment la stratégie fiscale de...Nombreuses taxes fiscales annulées : incompétence...Non ! Marisol Touraine n’a pas vaincu le déficit...La loi travail : 6% de cas avec coûts de...Les 5 raisons qui militent pour reparler de...Faut-il réformer la taxe d'habitation ?France : pas de véritable choc fiscalRetraites : que penser du dernier Rapport du COR...France : la compétitivité des services s'est...Le diable Jupitérien est dans les détailsQuel est l'impact économique du report du...La flexisécurité génére-t-elle de bons résultats...Le financement de la protection sociale...Diminution charges sociales, hausse CSG : les...Pourquoi la contribution additionnelle de 3%...En 2016, 55 000 entrepreneurs au chômage : un...Chômage : adieu les faux remèdes électoralistes,...Patrimoine de Macron: le Procureur de la...Retraites: les 5 programmes des 5 principaux...Taxer les robots : bonne ou mauvaise idée ?Les 5 approches très différentes de la fiscalité,...Faut-il accorder une indemnité chômage aux...Comment ponctionner 28 milliards d'euros aux...Coût du travail qualifié: comment se situe la...Les délires extravagants du loyer fictif, tels...Quand le RSI double l'addition et envoie ses...Le projet fou de taxer les loyers fictifs...L'ancien dircab de Valls, et ancien préfet...Politique fiscale française : confessions...Pourquoi la baisse de l'IS serait une mesure...Où en serait Agnès SAAL, si on lui appliquait la...Bitcoin et blockchain: comment le fisc va-t-il...Les classes moyennes supérieures devenues les...Fiscalité: il faut favoriser la prise de risques,...Le revenu de base universel: une dangereuse...Comme l'ISF ruine l'Etat à petit feu,...Coût du travail: cette incapacité chronique à...