Se connecterS'abonner en ligne

Coût du travail qualifié: comment se situe la France par rapport à ses voisins?

Référence de l'article : IF5923
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,(25 Février 2017)

Que sait-on du coût du travail qualifié en France, en comparaison internationale ? Au fond, pas grand-chose. Autant il existe une abondante littérature sur le surcoût du travail non qualifié, autant les économistes délaissent la question du travail qualifié. Avec un a priori bien établi : ce n’est pas là que se situe le problème.

D’abord parce qu’il s’agit d’un facteur mobile, sur lequel s’exerce une concurrence internationale. Autrement dit, le marché est censé faire son job et établir une péréquation internationale. Ensuite, parce que le taux de chômage des qualifiés étant faible, tout laisse croire que le prix est à l’équilibre. Enfin, parce que même si certains s’inquiètent de la fuite des cerveaux en France, qui pourrait être le résultat de la rareté des emplois qualifiés ou de leur sous-rémunération, le phénomène reste de second ordre.
Sauf que le chômage ne dit pas tout. La rareté des emplois qualifiés,

soit par défaut d’attractivité des rémunérations, soit par surcoût, va d’abord induire un déclassement dans l’emploi. Les diplômés seront embauchés sous leur potentiel. Cela induit une déperdition de productivité, de richesse et un gaspillage de capital humain. Le chômage, lui, frappera les moins diplômés, sans que cela soit nécessairement le signe d’un surcoût des moins qualifiés.

Et lorsque l’on regarde le taux d’emploi qualifié dans les professions scientifiques, techniques, les fonctions d’encadrement supérieur et les métiers de management, cette hypothèse n’est pas à exclure. Elle n’est jamais explorée, et l’on cherche en vain une étude étayée sur le coût du travail qualifié, ou sur les gains, qui permette d’étayer l’origine de la  rareté relative des emplois de haute qualification en France. Provient-elle d’une mauvaise qualité des diplômes ? De freins réglementaires ? De désincitations fiscales ? Ou d’un problème de formation des prix ?
Il faut alors naviguer entre pléthore d’a priori non objectivés, de statistiques, d’origine et de fiabilité diverses.
Commençons alors par ce qui paraît le plus palpable, et le mieux renseigné : le niveau des prélèvements sur le travail qualifié.

Ce que l’on appelle le coin fiscal, qui agrège le poids des prélèvements (cotisations employés, employeurs, impôt sur le revenu) sur la rémunération (c’est-à-dire le salaire chargé), est parmi les plus élevés de l’OCDE pour le haut de la distribution des revenus. Cela est dû à une forte progressivité qui tient aux politiques d’allègements de charges.
Cela induit-il un coût du travail qualifié plus élevé qu’ailleurs ?

Pas nécessairement, car la formation du salaire net incorpore le fait que toute une série de coûts d’accès à des services collectifs et à de l’assurance, sont pris en charge via l’impôt.Et c’est ce qui explique sans doute l’idée répandue et attestée par certains classements que les cadres supérieurs français seraient moins bien payés qu’ailleurs. Car effectivement le montant des charges pèse sur la formation du net. Mais à vrai dire il existe une grande cacophonie dans les divers classements. Certains classements, lorsqu’ils raisonnent en pouvoir d’achat et tiennent compte du coût de l’éducation ou de l’accès aux soins, repositionnent la France plutôt en haut de l’échelle. Impossible en fait de trouver un résultat fiable et bien attesté.
Regardons alors le coût du travail. Là, de nouveau, c’est le grand flou. Pas d’observation directe, de comparaison, par métier, qualification, ancienneté, etc. Ce que l’on peut faire c’est au mieux comparer le niveau de coût horaire dans les secteurs à forte intensité en travail qualifié. Si on compare alors la France à ses principaux partenaires dans

la finance, les services spécialisés aux entreprises, les secteurs de la communication,ou des grands services de distribution d’énergie, on constate que la France, sans être en position extrême, surplombe systématiquement ses deux principaux concurrents : l’Allemagne et le Royaume-Uni.
Cette position inconfortable, de relativement haut niveau du coût du travail dans les services exposés à la concurrence, qui nuit potentiellement à la compétitivité, combinée à un salaire net assez peu attractif en apparence, mériterait certainement plus d’intérêt de la part des économistes, trop enfermés dans la certitude que tout va bien en haut de l’échelle. 

________________________________________________________________________
Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-Le-cout-du-travail-qualifie-est-penalise-en-France_3744473.html 
 
(Mis en ligne le 25 Février 2017)

Articles similaires
La retraite de demain : pour une réforme...Quelle est vraiment la stratégie fiscale de...Nombreuses taxes fiscales annulées : incompétence...Non ! Marisol Touraine n’a pas vaincu le déficit...La loi travail : 6% de cas avec coûts de...Les 5 raisons qui militent pour reparler de...Faut-il réformer la taxe d'habitation ?France : pas de véritable choc fiscalRetraites : que penser du dernier Rapport du COR...France : la compétitivité des services s'est...Le diable Jupitérien est dans les détailsQuel est l'impact économique du report du...La flexisécurité génére-t-elle de bons résultats...Le financement de la protection sociale...Diminution charges sociales, hausse CSG : les...Pourquoi la contribution additionnelle de 3%...En 2016, 55 000 entrepreneurs au chômage : un...Chômage : adieu les faux remèdes électoralistes,...Patrimoine de Macron: le Procureur de la...Retraites: les 5 programmes des 5 principaux...Taxer les robots : bonne ou mauvaise idée ?Les 5 approches très différentes de la fiscalité,...Faut-il accorder une indemnité chômage aux...Comment ponctionner 28 milliards d'euros aux...Les délires extravagants du loyer fictif, tels...Quand le RSI double l'addition et envoie ses...Le projet fou de taxer les loyers fictifs...L'ancien dircab de Valls, et ancien préfet...Politique fiscale française : confessions...Pourquoi la baisse de l'IS serait une mesure...Où en serait Agnès SAAL, si on lui appliquait la...Bitcoin et blockchain: comment le fisc va-t-il...Les classes moyennes supérieures devenues les...Fiscalité: il faut favoriser la prise de risques,...Le revenu de base universel: une dangereuse...Comme l'ISF ruine l'Etat à petit feu,...Coût du travail: cette incapacité chronique à...Dès 1898, Yves GUYOT décrivait très bien les...Swissleaks, Luxleaks, Panama Hack : le coup de...Evasion fiscale : concurrence ou connivence en..."Panama Papers": réunion de l'OCDE...Panama : le monde de la fraude fiscale en émoiLa loi Travail vaut-elle encore la peine...La loi El-Khomri : déjà en retard d'une...Fiche de paie simplifiée : le véritable objectif...Pression fiscale sur les ménages : un bien triste...La loi El-Khomri : un coup de maître politique?Les pièges du projet de loi El-KhomriUE : RV mercredi 27 contre l'optimisation...L'impunité fiscale, ou la forte tolérance...Qui sont les privilégiés, en richesse, revenus,...De la différence entre riche et pauvre selon que...