Se connecterS'abonner en ligne

Le logiciel SIRHEN : de 60 millions€ en 2008 à 323, puis 496 Millions d'euros, et il ne marche pas...!

Référence de l'article : IF5953
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Christian de MOLINER,Professeur agrégé, Ecrivain,(11 mars 2017)

On connaît LOUVOIS, le logiciel qui devait assurer la paie des militaires et qu’il a fallu abandonner en rase campagne car ses résultats étaient catastrophiques : versements devenus aléatoires, soldats qui combattaient pour la France et qui étaient laissés sans solde.

L’Éducation nationale est en passe de connaître le même scandale : SIRHEN [1]. Lancé en 2008, ce projet avait pour but d’assurer la gestion administrative des 855.000 personnels de ce ministère. Son coût était évalué à 60 millions d’euros, il a été plusieurs fois réévalué et a explosé à 323 millions d’euros ! En décembre 2015, le ministère s’est posé la question de son avenir. Il ne gérait, alors, que 5.500 personnes (0,6 % de la cible visée !).

On avait le choix entre l’abandon pur et simple, comme LOUVOIS, ou une nouvelle tentative de le maintenir malgré tout en vie alors qu’un rapport interne, resté caché et dont on ne connaît que les grandes orientations, affirmait qu’on pouvait certes sauver le logiciel, mais que de nouveaux et importants dérapages budgétaires étaient à prévoir. Mme Belkacem a, bien entendu, choisi la deuxième solution et la fuite en avant.

En 2017, le programme ne gère que 18.000 personnes (1,8 % de la population visée !). On espère atteindre le but final au-delà de 2020 (14 ans après le début !), mais n’est-ce pas là une promesse de Gascon ? La Cour des comptes s’est inquiétée du gâchis et vient de sortir un rapport au vitriol sur ce sujet [2].

Elle a formulé des recommandations de bon sens comme évaluer le coût de chaque décision et de recentrer le programme sur son socle de départ, c’est-à-dire gérer les professeurs. Qu’importe ! Ce texte ira à la poubelle, comme d’autres issus de l’institution dirigée par M. Migaud.

11 ans pour ne pas arriver à fabriquer un programme qui fonctionne ! 

Quelle absurdité ! Du fait des rallonges qui n’arrivaient pas en continu, le ministère a eu recours à des prestataires différents qui devaient, à chaque fois, reprendre de zéro. Une entreprise basée sur de tels principes erratiques ferait vite faillite. Le programme était trop ambitieux et génère encore trop d’erreurs (de 1 à 2 % d’erreurs catastrophiques dans un ministère ayant de gros effectifs). Il nécessite actuellement une double saisie, inimaginable sur le long terme. Une source anonyme qualifie les concepteurs d’origine de « fous furieux ».

Les conséquences des choix absurdes que le ministre a faits en 2015 risquent de se faire bientôt sentir. Pour l’ensemble des enseignants, on travaille toujours sur de vieux logiciels, fonctionnels mais qui mériteraient d’être adaptés, alors qu’il n’y a aucun crédit pour cette tâche indispensable car ils sont tous dirigés vers le « trou noir » SIRHEN. En outre, les gestionnaires qui savaient utiliser ces programmes fiables vont partir à la retraite et on ne forme personne pour les remplacer puisque, en théorie, les applications vont être abandonnées. Le résultat ? À partir de 2020 : un scandale pire que LOUVOIS ! Mais Najat sera dans l’opposition pour le dénoncer !

[1] : Programme Sirhen : système d’information et de gestion des ressources humaines du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

____________________________________________________________________________
Article reproduit en licence CC BY NC SA avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.bvoltaire.fr/christiandemoliner/apres-louvois-logiciel-fou-sirhen,318044?mc_cid=8113708735&mc_eid=e4617e9091
______________________________

[2]   Addendum:

Pour ceux qui désireraient en savoir davantage, La Synthèse publie in extenso le référé qu'a adressé la Cour des Comptes le 19 décembre 2016 au Ministère de l'Education nationale. En effet, ce type de référé tombe dans le domaine public 2 mois après son envoi, et les citoyens ont le droit d'en prendre alors connaissance.

Comme ce texte fait 4 pages sous format PDF, nous fournissons ci-dessous, en supplément au texte intégral annexé en bas de page,  quelques extraits chiffrés, à destination des lecteurs pressés. Une remarque : vous constaterez, en fin d'énumération, la très importante recommandation n°3. En clair: les 323,3 Millions d'euros identifiés à ce jour, ce ne sont QUE les dépenses directes, versées à des tiers extérieurs. Mais quid des dépenses internes?

Là aussi, le Ministère a 2 mois pour répondre, et il aurait répondu que les 323 millions d'euros deviennent 496 millions€....(Source : Le Monde Informatique du 8 Mars 2017). Allez, encore un petit effort, et le Ministère de l'Education nationale aura bientôt dépensé 1 milliard d'euros d'ici 2023 : y 'a pas que le Ministère de l'Environnement qui a le droit de jeter 1 milliard€ par les fenêtres...(cf.L'affaire des portiques). Allez, les citoyens-contribuables peuvent dormir sur leurs oreilles: ils sont dirigés par des Ministres honnétes et compétents.

Page 1:
[....]


 [....]
Page 1, bas de page:



[.....] Page 2 :




[....] Page 3, en bas de page :




Par ailleurs, voici le lien vers l'article du Monde Informatique qui cite le chiffre de 496 millions d'euros si l'on intégre également les coûts internes:

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-la-cour-des-comptes-tacle-le-sirh-a-323-meteuro-de-l-education-nationale-67582.html

(Mis en ligne le 11 Mars 2017)
Document mis en Annexe :
Articles similaires
Réduction des dépenses publiques : les...Economies de l’Assemblée nationale : sur les...Budget Ville de Paris : voyage à Lima +1,5M, et,...5 leviers efficaces pour réduire les dépenses...Budget 2018 : zéro économie, le déficit croît de...Les fonctionnaires marseillais en grève car on a...Projet Macron : la guerre aux retraités, plutôt...43 ans de déficits publics résumés en 2 pages35 ans d'évolution des emplois publics...L'assistanat : une drogue dure, pour tousPrésidentielle : copier l'Allemagne, bien...Pas d'argent pour changer les draps, mais...Hollande se moque de la Cour des comptes : Migaud...Les élus et les fonctionnaires « obligés » de ...Au secours, certains députés PS veulent supprimer...Augmenter la TVA: nombreux avantages, peu...Des politiques budgétaires ? Mais pourquoi faire,...Le déclin des hôpitaux est dû à 3 causes...L'école publique beaucoup plus chère que...France : inquiétant et grandissant déficit des...La réforme des régions : pas d'économies,...Economies budgétaires : les vraies marges de...Comptes publics: incurie française vs. vertu...Le somptueux et immoral cadeau d'Anne...Comment récupérer des recettes fiscales sans...Prélèvement à la source: l'objectif caché du...5 raisons de dire NON au prélèvement de l’impôt à...Inflation, chômage, délinquance, etc. : des...Les anomalies juridiques de l’affaire Agnès...Chine, France et autres Pays: savoir distinguer...L'agaçant simulacre des études d’impact du...La fonction publique territoriale continue à...Le plus gros poste de la dépense publique...Budget de l’Etat: comment la France donne raison...Ceux des hauts fonctionnaires qui vivent à nos...PLF 2015 : l’Etat continue à créer des...L'hypertrophie de l'Etat en Belgique et...Faire la transparence citoyenne des dépenses...La sphère publique est passée de 18% à 31% en...Pour une meilleure lisibilité des comptes...