Se connecterS'abonner en ligne

Assurance maladie et UGECAM : un exemple de gouffre financier très discret

Référence de l'article : IF6629
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Xavier PRADET-BALADE,Entrepreneurs pour la France,(4 Février 2018)

 

Incroyable mais vrai. L’Assurance maladie dont tout un chacun pense que sa vocation est de financer les dépenses de santé des assurés, a son propre réseau d’établissements hospitaliers rattachés à la Caisse nationale des travailleurs salariés via treize unions pour la gestion de l’Assurance maladie. Mais que sont ces établissements de santé ? La réponse se trouve dans le dernier rapport de la Cour des comptes.
 
Les établissements de santé comportent deux types d’établissement : ceux à caractère sanitaire et les établissements médico-sociaux. Les 82 établissements à caractère sanitaire comptent 7.337 lits, soit une moyenne de 89 lits pour 696 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les 156 établissements médico-sociaux comptent 7.335 places pour 306 millions d’euros de chiffre d’affaires.

DOUBLE STANDARD

Le personnel dépend de la convention de la Sécurité sociale et non de la convention collective hospitalière, ce qui signifie qu’en fin de carrière les personnels y sont à peu près deux fois mieux rémunérés.
 
De tels chiffres se passent de commentaires. D’entrée de jeu pour des raisons de salaire, tous ces établissements ne peuvent être compétitifs. Quant aux établissements de soins, ils sont obligatoirement dangereux en raison des seuils critiques [1à respecter que la Cour rappelle sans arrêt.
 
Même si les unions pour la gestion de l’Assurance maladie (UGECAM) cherchent le salut de ses établissements médicaux sociaux dans la spécialisation de la réadaptation du handicap, leur statut les condamne à rester non compétitifs.

À l’évidence, cette aberration représente pour l’Assurance maladie, voire la Sécurité sociale, une sorte de Conseil économique et social local chargé de recueillir les anciennes vedettes en fin de carrière.

DES COMPTES PEU FIABLES

Pour corser le tout, les comptes sont peu fiables et doivent être retraités, la seule certitude étant qu’ils sont déficitaires (entre dix et vingt millions d’euros par an) même après prise en compte de plus-values immobilières récurrentes et de concours réguliers de la Caisse nationale de l’Assurance maladie des travailleurs salariés.

La Cour s’évertue à explorer des pistes de redressement pour les UGECAM. C’est selon toute vraisemblance de la lecture perdue, la seule solution sérieuse étant la fermeture ou la réintégration dans le système hospitalier normal, plutôt déjà malade mais a priori moins…
 
[1] En raison du faible nombre d’actes, le personnel médical est plus réduit, ce qui peut poser problème au niveau de la sécurité et de la continuité des soins.  

____________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2018/02/03/308908-assurance-maladie-discret-gouffre-financier
 
(Mis en ligne le 4 Février 2018)
 


Articles similaires
Gentil Budget : rouler rapporte 42 Mds€(+6Mds€) ...SNCF : un projet de réforme emblématique ? Cela...Les greffiers des tribunaux de commerce gagnent...Evolution sur 10 ans des dépenses publiques...« Chez ces gens-là, Monsieur, on ne licencie...61% des emplois nets créés en France en 32 ans...Réduction des dépenses publiques : les...Economies de l’Assemblée nationale : sur les...Budget Ville de Paris : voyage à Lima +1,5M, et,...5 leviers efficaces pour réduire les dépenses...Budget 2018 : zéro économie, le déficit croît de...Les fonctionnaires marseillais en grève car on a...Projet Macron : la guerre aux retraités, plutôt...43 ans de déficits publics résumés en 2 pages35 ans d'évolution des emplois publics...L'assistanat : une drogue dure, pour tousPrésidentielle : copier l'Allemagne, bien...Pas d'argent pour changer les draps, mais...Hollande se moque de la Cour des comptes : Migaud...Le logiciel SIRHEN : de 60 millions€ en 2008 à...Les élus et les fonctionnaires « obligés » de ...Au secours, certains députés PS veulent supprimer...Augmenter la TVA: nombreux avantages, peu...Des politiques budgétaires ? Mais pourquoi faire,...Le déclin des hôpitaux est dû à 3 causes...L'école publique beaucoup plus chère que...France : inquiétant et grandissant déficit des...La réforme des régions : pas d'économies,...Economies budgétaires : les vraies marges de...Comptes publics: incurie française vs. vertu...Le somptueux et immoral cadeau d'Anne...Comment récupérer des recettes fiscales sans...Prélèvement à la source: l'objectif caché du...5 raisons de dire NON au prélèvement de l’impôt à...Inflation, chômage, délinquance, etc. : des...Les anomalies juridiques de l’affaire Agnès...Chine, France et autres Pays: savoir distinguer...L'agaçant simulacre des études d’impact du...La fonction publique territoriale continue à...Le plus gros poste de la dépense publique...Budget de l’Etat: comment la France donne raison...Ceux des hauts fonctionnaires qui vivent à nos...PLF 2015 : l’Etat continue à créer des...L'hypertrophie de l'Etat en Belgique et...Faire la transparence citoyenne des dépenses...La sphère publique est passée de 18% à 31% en...Pour une meilleure lisibilité des comptes...