Se connecterS'abonner en ligne

La forteresse de l’épargne

Référence de l'article : IE3521
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,XERFI

L’épargne en France c’est une forteresse.

Cela fait maintenant, 20 ans, que le taux d’épargne fluctue dans une bande très étroite comprise entre 14 et 16% du revenu disponible brut, quelle que soit la conjoncture ou presque. Et 2013 n’a pas dérogé, il s’est fixé à 15,6% comme en 2012. Est-ce beaucoup ? Oui, la France dispose bien d'un taux d'épargne brut des ménages élevé au regard des autres grands pays développés

comme la Belgique ou l'Allemagne d'ailleurs. Et il est nettement supérieur à celui de la zone euro ou du Royaume-Uni qui ferme la marche. Mais les comparaisons sont d'une robustesse très relative on le sait : problèmes de périmètre, problème de disparité lié au poids très différent des dépenses collectives selon les pays, du type de financement des retraites, mais passons, là n'est pas l'essentiel. Il y a d'abord le fait qu'une grande partie de l'épargne française va dans la pierre :

à très grand trait, l’épargne immobilière c’est 61% de l’épargne total et l’épargne financière 39%. Mais la pierre est financée en partie à crédit. Et si environ 58% des ménages français sont propriétaires, 31% ont toujours un emprunt en cours. Le calcul est simple cela concerne peu ou prou 20% des ménages français. A ceux-là, il faut ajouter bien entendu tous les Français ayant un ou plusieurs crédits en cours. Pour faire bref, de même qu’il y a des dépenses contraintes il y a une épargne contrainte sur laquelle la conjoncture ne mord pas et ce socle ne bougera pas ou peu. Pour le reste, les enquêtes de l’INSEE nous apportent une information précieuse. Chaque mois, les ménages sont, entre autres, interrogés 1- sur l’opportunité d’épargner 2- sur leurs capacité d’épargne actuelle et future. L’opportunité d’épargner d’abord.

Les ménages qui semblaient un temps vouloir puiser dans leurs économies pour amortir les évolutions défavorables du pouvoir d'achat ont changé d'avis en début d’année et l'opportunité d'épargner est à nouveau passé au-dessus de sa moyenne de long terme. Autant dire, que la tendance qui semblait se dessiner en fin d’année aura fait long feu :

le recul du taux d’épargne financière, au diapason de ce qu’avaient annoncé les Français, n’est plus d’actualité et il faut s’attendre maintenant au contraire à sa remontée. Une preuve indirecte nous en a déjà été donnée. Les économies générées sur la facture énergétique par l’extrême douceur de l’hiver ne se retrouvent pas sur les autres postes de dépenses, signe qu’elles ont pris la direction de l’épargne. De surcroit alors qu’ils n’anticipent aucune amélioration notable de leur situation financière,

les ménages s’estiment capables d’épargner plus comme le montre l’évolution de leur solde d’opinion sur leur capacité future à épargner. La situation semble paradoxale, mais cela signifie que les ménages vont privilégier les économies au quotidien sur les postes de dépenses. C’est cohérent avec la généralisation de la chasse aux petits prix. La volonté d’épargner plus existe donc bien et les ménages se sont mis en position pour le faire. Mauvaise nouvelle pour tous ceux qui espèrent voir l’épargne jouer un rôle d’amortisseur.

Nota: cet article est également disponible en version video : http://www.xerficanal.com/emission/Alexandre-Mirlicourtois_La-forteresse-de-l-epargne_1428.html

(Rédigé le 7 Avril 2014)

Articles similaires
Merci à Wikileaks pour son rôle de surveillant en...Que vaut-il mieux : tout croire ou douter de tout...Krach boursier ou cure de désintoxication?Où va éclater la prochaine bulle financière ?La folie des Fusacs contre l'investissement...Droit au travail: citoyen de Tocqueville,...Economies mondiales : certaines bulles en train...Ni septembre, ni… jamais ?Une Europe Allemande ?Grèce : l'Europe panse ses plaiesCapitalisme et nouveaux barbares: le vieux, la...La déconnexion des élitesCharlie Hebdo massacréHommage aux 12 victimes du 7 Janvier 2015Prévisions 2015 pour les taux d’intérêt, les...La Fed douche les espoirs de normalisation de sa...Royaume-Uni: la situation est plus GRAVE que...Bientôt, deux Ukraine: c'est devenu...USA: Obama propose un " New Deal "Réductions de charges contre créations d’emplois...Un million d’emplois n’est pas un jouetPolitique industrielle : comprendre et savoir le...Cliff, sequestre et autres shutdown… et...Réglementation Bancaire: la lettre et l’esprit16 milliards d’êtres humains en 2100 : une...Réglementation EMIR : synthèse et analyse...La Chine, déjà premier PIB Mondial, loin devant...La Fed accélère la chute des devises...Comment instaurer une TTF intelligente, qui ne...Les Banquiers Centraux ont fait tout ce qu’ils...En Zone Euro, on est passé de + 600 milliards de...Ben Bernanke sur les traces de Volker ?Mario DRAGHI : « un euro au-dessus de 1,30 USD...Le crépuscule de la mondialisation ?Chine : le Yuan au plus haut depuis Janvier 1994Marché de l’or : ce qui était censé ne jamais...Le Japon sur le chemin de la rédemption ?“There is never just one cockroach…”469 banques ont fait faillite aux Etats-Unis...Chypre : vers une solution à l’islandaise ?1849 : « Quand l’immobilier va, tout va »Les Etats-Unis creusent l’écart sur les Etats non...Volatilité très basse = sommet de risques non...Ben Bernanke : « Pas assez d’or aujourd’hui pour...L’Occident est tombé dans la trappe à...Se doter d’une Politique de change ou succomber...En attendant la reprise, le protectionnisme...Conséquences positives et négatives du report de...Too Big To Fail : le moment est venu de réguler...La dette publique américaine au cœur des débats...Yen : une surévaluation en trompe l’œilLes prix agricoles : la prochaine bulle...