Se connecterS'abonner en ligne

La folie des Fusacs contre l'investissement productif

Référence de l'article : IE4879
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Olivier PASSET,Directeur des Synthèses,XERFI (3 Octobre 15)

Les fusions acquisitions explosent à travers le monde. Selon des données Thomson Reuters, les rachats annoncés depuis le début de l'année à travers le monde dépassent déjà les points hauts de 2007.

Les méga deals de plus de 10 milliards atteignent quant à eux 1200 milliards, dépassant déjà leur record de 1999, en pleine folie de la bulle internet.  Avec en proue du mouvement, les Etats-Unis, qui pèsent pour près de 50 % des opérations et la région Asie Pacifique, pour 24%.

Emblématique de cela les acquisitions géantes du patron d’Altice,

Patrick Drahi, pour près de 50 milliards réalisés en moins d’un an et demi : SFR en 2014 pour 17 milliards, Portugal Telecom, pour 7,4 milliards, Suddendnlink le câblo-opérateur américain pour 6 milliards et enfin Cablevision  pour 17,7 milliards. Derrière cette boulimie, une montagne de dettes, portées par les sociétés cibles.

Autrement dit des LBO géants. Des dettes à taux fixes, au remboursement différé et régulièrement refinancées pour engranger la baisse des taux. Derrière cela, aussi des restructurations musclées et des consolidations.
Le mouvement est général. Il bénéficie de...
 
....la faiblesse du coût de la dette avec des taux d’intérêts à leur plancher. Ils bénéficient de l’abondance des trésoreries accumulées par les grands groupes. Il bénéficie aussi de l’instabilité des cours et des revirements de conjoncture régionale qui permettent de réaliser des deals à prix intéressants.

Ce mouvement s’inscrit surtout dans une logique plus profonde de recentrage des groupes sur les pays développés après la déconvenue sur les marchés émergents. Or en absence de vrai moteur pérenne de demande
les grands groupes trouvent leur véritable planche de salut en exploitant les fantastiques opportunités de levier que leur procure le niveau historiquement bas des taux d’intérêt.

Le capital se replie sur les économies avancées, mais ce repositionnement ne bénéficie ni à l’investissement, ni à l’emploi. Au contraire. Les fusions-acquisitions sont menées avec l’objectif de prendre

le contrôle des actifs les plus stratégiques : brevets, licences, marques etc. Avec l’objectif aussi de rationnaliser derrière l’outil de production. Pour reprendre la formule de Drahi : Je veux exporter les rendements américains en Europe et exporter la gestion des dépenses européennes en Amérique. Tout est dit. Les grands groupes mènent de surcroît une guerre de position pour se placer en pivot d’écosystèmes dont elles pilotent la technologie, les normes et le marché…. à l’image des GAFA. Ils agissent dans un but de domination, de rationalisation, au détriment de la croissance organique. Ils deviennent de la sorte d’énormes machines à sélectionner le capital à travers le monde et à élaguer les surcoûts et les surcapacités.

Le repli du capital sur les économies avancées ne replace donc pas l’investissement au cœur de notre croissance. Loin de là. Et l’on voit difficilement comment relancer la machine de l’accumulation sans véritable volontarisme collectif. Sans une vraie réflexion pour rebâtir un pacte social ayant la puissance du compromis fordiste pour soutenir les débouchés. C’est peut-être là que le recentrage des intérêts des groupes sur les pays développés peut jouer un rôle positif. En investissant les marchés émergents,  ils misaient sur une demande hors frontière, répliquant le miracle de l’après-guerre, basé sur l’automobile, le primo-équipement des ménages, les travaux publics etc.. Les débouchés sur leur marché d’origine n’étaient plus leur affaire. Avec la crise des émergents, elle le redevient…

Cet article est également disponible sous format Video :
http://www.xerficanal-economie.com/emission/Olivier-Passet-La-folie-des-Fusacs-contre-l-investissement-productif_2849.html
 
(Mis en ligne le 3 Octobre 2015)

Articles similaires
Merci à Wikileaks pour son rôle de surveillant en...Que vaut-il mieux : tout croire ou douter de tout...Krach boursier ou cure de désintoxication?Où va éclater la prochaine bulle financière ?Droit au travail: citoyen de Tocqueville,...Economies mondiales : certaines bulles en train...Ni septembre, ni… jamais ?Une Europe Allemande ?Grèce : l'Europe panse ses plaiesCapitalisme et nouveaux barbares: le vieux, la...La déconnexion des élitesCharlie Hebdo massacréHommage aux 12 victimes du 7 Janvier 2015Prévisions 2015 pour les taux d’intérêt, les...La Fed douche les espoirs de normalisation de sa...Royaume-Uni: la situation est plus GRAVE que...La forteresse de l’épargneBientôt, deux Ukraine: c'est devenu...USA: Obama propose un " New Deal "Réductions de charges contre créations d’emplois...Un million d’emplois n’est pas un jouetPolitique industrielle : comprendre et savoir le...Cliff, sequestre et autres shutdown… et...Réglementation Bancaire: la lettre et l’esprit16 milliards d’êtres humains en 2100 : une...Réglementation EMIR : synthèse et analyse...La Chine, déjà premier PIB Mondial, loin devant...La Fed accélère la chute des devises...Comment instaurer une TTF intelligente, qui ne...Les Banquiers Centraux ont fait tout ce qu’ils...En Zone Euro, on est passé de + 600 milliards de...Ben Bernanke sur les traces de Volker ?Mario DRAGHI : « un euro au-dessus de 1,30 USD...Le crépuscule de la mondialisation ?Chine : le Yuan au plus haut depuis Janvier 1994Marché de l’or : ce qui était censé ne jamais...Le Japon sur le chemin de la rédemption ?“There is never just one cockroach…”469 banques ont fait faillite aux Etats-Unis...Chypre : vers une solution à l’islandaise ?1849 : « Quand l’immobilier va, tout va »Les Etats-Unis creusent l’écart sur les Etats non...Volatilité très basse = sommet de risques non...Ben Bernanke : « Pas assez d’or aujourd’hui pour...L’Occident est tombé dans la trappe à...Se doter d’une Politique de change ou succomber...En attendant la reprise, le protectionnisme...Conséquences positives et négatives du report de...Too Big To Fail : le moment est venu de réguler...La dette publique américaine au cœur des débats...Yen : une surévaluation en trompe l’œilLes prix agricoles : la prochaine bulle...