Se connecterS'abonner en ligne

16 milliards d’êtres humains en 2100 : une prévision plus vraisemblable qu’une projection « Target »

Référence de l'article : IE2829
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexis VARCAZ,

La sécheresse très forte dans le Corn Belt américain, ainsi qu’autour de la mer Noire, a remis à l’ordre du jour cet été la question de la « sécurité alimentaire ». En effet, sécheresse égale « mauvaises récoltes », « mauvaises récoltes »  égale « fortes hausses des prix »,  ceci entraînant une double conséquence redoutée : famines et risques d’émeutes de la faim, comme en 2008. D’où deux interrogations à long terme : quelle est la réelle capacité de la Planète en termes de productions agricoles, son véritable potentiel ? Et en face de ce potentiel, quelle population mondiale à la fin de ce siècle ? Le sujet du potentiel de productions agricoles est vaste et complexe, mêlant à la fois les notions de « superficie de terres arables disponibles », « productivité de ces terres arables », « durée restante des ressources en eau propre », « durée des ressources restantes  en  engrais », « évolution des prix des engrais », « impacts des engrais sur les nappes phréatiques », « arbitrages entre cultures agricoles pour l’alimentation ou pour l’énergie », « évolution des goûts alimentaires (plus de viande = davantage de céréales et d’eau) », etc. Bref, un livre serait nécessaire à décrire ce que serait le réel potentiel agricole de la Planète, potentiel inatteignable de toute façon sans réelle gouvernance mondiale, par ailleurs difficile à imaginer sur un sujet aussi complexe et stratégique politiquement. A moins que cette gouvernance mondiale ne surgisse là où on ne l’attend plus, c’est-à-dire dans le nécessaire besoin de stabiliser un jour la population mondiale. En effet, c’est le nombre et le niveau de vie de la population mondiale qui détermine ses besoins alimentaires, énergétiques et en eau propre. Par conséquent, attachons nous dans cet article uniquement à la question : « Combien serons-nous en 2100 ? ».

Cette simple question comporte trois volets : celui des « projections à court terme », celui des « projections à long terme » et celui des prévisions à long terme.

Les projections à court terme sont assez faciles à réaliser. C’est pour cela que les hypothèses de population en 2050 sont assez « resserrées » : entre 9,3 et 10,9 milliards en 2050 selon l’hypothèse moyenne (les taux de fécondité baissent vite) ou haute (les taux de fécondité baissent lentement). En effet, comme il n’y a que deux ou trois générations entre aujourd’hui et 2050, la « composition » des taux de fécondité successifs joue peu. Par contre, cette composition joue beaucoup d’ici 2100, car cette durée correspond à un chiffre compris entre 3 et 4 générations dans les pays industrialisés, mais entre 5 et 6 dans les pays en développement (à taux de fécondité beaucoup plus élevé de surcroît). En effet, l’âge du premier enfant se rapproche de 25-30 ans chez les uns, et s’écarte très lentement de 15-18 ans chez les autres. Résultat : les chiffres de la population mondiale en 2100, selon les « projections » de l’ONU sont très écartés selon les 4 hypothèses prises par cet Organisme et publiées en 2011 dans son rapport « World Population Prospects 2010 ».

En effet, l’hypothèse moyenne, c’est celle qui se fonde sur un taux de fécondité de 2,1 enfants par femme en état de procréer (âge compris entre 15 et 49 ans selon la définition officielle). Avec cette hypothèse, la projection (et non la prévision), c’est que la population mondiale serait stabilisée aux environs de 10,1 milliards d’êtres humains (cf. communiqué de presse de l’ONU du 3 mai 2011 dont le titre est: «  World population to reach 10 billion by 2100 if Fertility in all Countries converges to Replacement level »).

Si le modèle mathématique et statistique utilisé pour ces « projections » prend un taux de fécondité supérieur de 0,5, alors la population mondiale s’établirait à 15,8 milliards.

Si le modèle statistique prend un taux de fécondité inférieur de 0,5, c’est l’hypothèse basse, la population serait alors de 6,2 milliards.

Et enfin, si l’hypothèse de calcul est « les taux de fécondité restent à leur niveau de la période observée réellement sur les 5 années qui vont de 2006 à 2010 », ce que l’ONU appelle « hypothèse constante », alors la population mondiale serait de …26,8 Milliards.

Oui, vous avez bien lu, les 4 hypothèses servant aux projections de l’ONU, publiées en 2011, mènent à des écarts de 20,2 milliards d’êtres humains entre l’hypothèse basse (= baisse des taux de fécondité partout dans le Monde vers 1,6 enfant) et l’hypothèse constante (= les taux de fécondité restent à leurs niveaux actuels).

Quels sont ces niveaux actuels ?

Ils s’élèvent à 5,1 enfants en Afrique subsaharienne, 3,2 au Moyen-Orient, 2,5 en Océanie, 2,3 en Amérique latine et Caraïbes, 2,28 en Asie et 1,6 dans les pays industrialisés.

Prenons un exemple : le taux de fécondité était de 6,53 enfants par femme en 1950 en Afrique Subsaharienne. Il est de 5,10 actuellement. Selon l’hypothèse que vous allez faire pour son évolution, vous arriverez à une population pour l’Afrique subsaharienne comprise entre 3,4 milliards (le taux de fécondité s’effondre à 2,1 enfants par femme), ou 4,8 milliards (ce taux baisse très vite à 2,6) ou 14,9 milliards (ce taux reste constant sur la période, c’est-à-dire il reste au niveau actuel de 5,1 enfants). Tous ces chiffres sont consultables sur le site de l’ONU : http://esa.un.org/wpp/unpp/panel_population.htm

Bref, ceci montre à quel point c’est l’hypothèse de projection de variation du taux de fécondité dans les pays qui sont aujourd’hui au-dessus de 3 enfants par femme qui construit le total. En effet, il existe un lien étroit entre indice de fécondité et taux de natalité, et la différence entre taux de natalité et taux de mortalité donne le taux d’accroissement de la population. Or, un taux d’accroissement de la population de 3% mène à un doublement de la population en 23 ans, et un taux de 2% mène à un doublement de la population en 35 ans. D’où, à titre d’exemple, l’évolution de la population du Nigéria : en 1950, 38 millions d’habitants, en 2012, 167 millions et, selon les 3 hypothèses de l’ONU, la population de ce pays atteindra en 2100 soit 729 millions (hypothèse moyenne), soit 1 024 millions (hypothèse haute), soit 2 660 millions (hypothèse constante), auquel cas, un habitant de la Planète sur dix serait nigérien en 2100.

 Ces chiffres ne sont pas vraisemblables. Ce sont des hypothèses. La question redoutable devient : quel est l’évolutionvraisemblable du taux de fécondité ?

Sur cette question hautement stratégique ou politique, l’ONU ne prend pas position. L’ONU ne fait pas de prévisions, mais élabore des modèles mathématiques et statistiques qui établissent des projections, et non pas des prévisions, en fonction d’hypothèses de travail qui ne peuvent être considérées en aucune manière comme un pronostic ou une prévision sur laquelle les gouvernements ou les entreprises pourraient s’appuyer (Pour ceux qui s’intéresseraient au modèle statistique utilisé par l’ONU, il s’agit du Bayesian Hierarchical Model, et ils peuvent par conséquent en savoir plus en allant sur le site de la Population Division de l’ONU – DESA -).

C’est en interrogeant les démographes que l’on peut comprendre pourquoi le chiffre-clé de 2,1 a été choisi comme taux de fécondité « Target » : c’est parce qu’il permettrait de stabiliser la population mondiale. C’est donc ce taux qui est entré comme objectif final dans le modèle BHM. C’est, disent-ils, parce qu’ en dessous de 2,1, l’Humanité serait en train de se suicider, et ceci n’est pas une hypothèse de travail « raisonnable ». Quant à un taux de fécondité supérieur à 2,1, ce n’est pas raisonnable non plus, car la population mondiale finirait par exploser, et la Planète ne pourrait pas supporter une population démesurée. Donc, 2,1, c’est l’objectif, ou, comme le disent les documents projetés lors de conférences internationales sur le sujet, c’est le chiffre « Target ».


(Source : Présentation des projections faites par le DESA-ONU)
C’est donc à chacun (Gouvernement, Entreprise, ONG, citoyen, etc.) d’élaborer ses propres prévisions. Le raisonnement sous-jacent à la forte baisse du taux de fécondité de 5,1 enfants à 2,1 enfants attendu pour ce siècle est le suivant : on a constaté que tous les pays qui s’industrialisent, et dont la population s’enrichit, ont expérimenté une forte baisse du taux de fécondité, les ménages choisissant la qualité de vie, l’hédonisme, se contentant volontairement d’un nombre moyen d’enfants compris entre 1 et 2 (D’où le chiffre moyen de 1,6 en 2011 constaté dans les pays industrialisés, dits riches, dont beaucoup, mais pas tous, appartiennent à la Civilisation Occidentale).Et les démographes font le pari qu’avec le développement économique, avec l’extension géographique continue de la vague de mondialisation actuelle, toutes les régions du Monde finiront par adopter ce comportement sociétal…
 
Question : que se passerait-il si, soit le développement économique venait à faiblir, les populations des  Pays au taux de fécondité supérieur à 3 restant des pays pauvres, et si les valeurs de la civilisation occidentale n’attiraient pas, ou n’attiraient plus, les populations des dits Pays ?

Il y a fort à parier que le taux de fécondité reculerait moins vite qu’espéré.

Par conséquent, si le taux de fécondité tombe de 5,1 dans les Pays de l’Afrique subsaharienne à 2,6, et celui du Moyen-Orient de 3,2 à 2,6, au lieu de 2,1, eh bien la population mondiale sera de 11 milliards en 2050 et de 16 milliards en 2100.

Après tout, le taux de fécondité n’a évolué en 60 ans (2010 vs.1950) que de 6,5 à 5,1.Ce serait déjà magnifique s’il passait de 5,1 à 2,6. Mais, cela, c’est une prévision, ce n’est pas une « projection » ou un « objectif ».


Pour en savoir plus :
 
  1. Chiffres d’évolution de la population de 1950 à 2010, pays par pays : http://esa.un.org/wpp/unpp/panel_population.htm
  2. Chiffres de projections de la population pays par pays, jusqu’en 2100 : http://esa.un.org/wpp/unpp/panel_population.htm
  3. Communiqué de Presse de l’ONU du 3 mai 2011 (Press_Release_WPP2010.pdf)
  4. Classement mondial des Pays selon leur Population (source : Population Reference Bureau)
  5. Classement mondial des Pays selon leur Taux d’accroissement (source : Population Reference Bureau
  6. Classement mondial des Pays selon leur Indice de Fécondité (source : Population Reference Bureau
  7. Classement mondial des Pays selon la Population des moins de 5 ans (source : Population Reference Bureau)
(Mis en ligne le Vendredi 14 Septembre 2012).
Articles similaires
Merci à Wikileaks pour son rôle de surveillant en...Que vaut-il mieux : tout croire ou douter de tout...Krach boursier ou cure de désintoxication?Où va éclater la prochaine bulle financière ?La folie des Fusacs contre l'investissement...Droit au travail: citoyen de Tocqueville,...Economies mondiales : certaines bulles en train...Ni septembre, ni… jamais ?Une Europe Allemande ?Grèce : l'Europe panse ses plaiesCapitalisme et nouveaux barbares: le vieux, la...La déconnexion des élitesCharlie Hebdo massacréHommage aux 12 victimes du 7 Janvier 2015Prévisions 2015 pour les taux d’intérêt, les...La Fed douche les espoirs de normalisation de sa...Royaume-Uni: la situation est plus GRAVE que...La forteresse de l’épargneBientôt, deux Ukraine: c'est devenu...USA: Obama propose un " New Deal "Réductions de charges contre créations d’emplois...Un million d’emplois n’est pas un jouetPolitique industrielle : comprendre et savoir le...Cliff, sequestre et autres shutdown… et...Réglementation Bancaire: la lettre et l’espritRéglementation EMIR : synthèse et analyse...La Chine, déjà premier PIB Mondial, loin devant...La Fed accélère la chute des devises...Comment instaurer une TTF intelligente, qui ne...Les Banquiers Centraux ont fait tout ce qu’ils...En Zone Euro, on est passé de + 600 milliards de...Ben Bernanke sur les traces de Volker ?Mario DRAGHI : « un euro au-dessus de 1,30 USD...Le crépuscule de la mondialisation ?Chine : le Yuan au plus haut depuis Janvier 1994Marché de l’or : ce qui était censé ne jamais...Le Japon sur le chemin de la rédemption ?“There is never just one cockroach…”469 banques ont fait faillite aux Etats-Unis...Chypre : vers une solution à l’islandaise ?1849 : « Quand l’immobilier va, tout va »Les Etats-Unis creusent l’écart sur les Etats non...Volatilité très basse = sommet de risques non...Ben Bernanke : « Pas assez d’or aujourd’hui pour...L’Occident est tombé dans la trappe à...Se doter d’une Politique de change ou succomber...En attendant la reprise, le protectionnisme...Conséquences positives et négatives du report de...Too Big To Fail : le moment est venu de réguler...La dette publique américaine au cœur des débats...Yen : une surévaluation en trompe l’œilLes prix agricoles : la prochaine bulle...