Se connecterS'abonner en ligne

L'Autorité de la concurrence valide la plateforme "le.taxi" avec réserves

Référence de l'article : IC5241
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par l'AFP,(24 Mars 2016)

L'Autorité de la concurrence a rendu un avis favorable, sous réserve du respect de certaines conditions, au lancement de la plateforme électronique "le.taxi", qui permet de héler un taxi par smartphone, selon un communiqué publié Jeudi 24.

"L'Autorité est favorable, sous réserve du respect d'un certain nombre de conditions, à la mise en place de ce registre, géré par l'Etat, qui permet de recueillir, sur la base du volontariat, des données sur la disponibilité et la géolocalisation des taxis en temps réel", indique le communiqué.

Prévue par la loi Thévenoud du 1er octobre 2014, cette plateforme a été officiellement lancée mardi à Montpellier avant d'être étendue à d'autres agglomérations.

Il s'agit d'une interface dont les informations sont ensuite utilisées par des applications mobiles ou des moteurs de recherche afin de permettre à leurs utilisateurs de commander un taxi par voie électronique.

"La plateforme étant financée par des deniers publics, il est indispensable de veiller à ce qu'elle engendre le moins de distorsions de concurrence possibles sur le marché de la réservation préalable", souligne le gendarme de la concurrence.

Il rappelle ainsi que le gouvernement n'est légitime à intervenir que sur le marché de la maraude, monopole des taxis, et non sur celui de la réservation préalable, qui lui est ouvert à la concurrence.
Le gendarme de la concurrence demande ainsi à la plateforme d'établir une frontière étanche entre les applications qui proposent la maraude et celles qui proposent une réservation préalable.

"Il existe un risque de détournement de clientèle (...): les clients se verraient d'abord proposer leur service de réservation préalable (immédiate ou à l'avance) et ne pourraient cliquer sur l'icône Le.taxi et accéder à un second écran de géolocalisation que dans un second temps", justifie le régulateur.

Par ailleurs, la maraude électronique doit respecter les mêmes conditions que celles propres à la maraude de rue. Elle ne pourra ainsi pas donner lieu à une facturation de la course d'approche. Le rayon de géolocalisation devra également être "restreint au sein de la zone de stationnement".

Le service devra en outre être universel, à savoir que "le.taxi" devra présenter au client "l'ensemble des taxis géolocalisés, sans discrimination relative à leur flotte d'appartenance". Les chauffeurs ne pourront pas non plus refuser la course pour laquelle ils seront hélés.

(Source : dépêche AFP)

(Mis en ligne le 24 mars 2016)