Se connecterS'abonner en ligne

Le poisson perd sa place d’aliment sain

Référence de l'article : CS2767
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Cécile DAUDET,

Une révolution est à l’œuvre dans les recommandations alimentaires et nutritionnelles : le poisson pourrait être mauvais pour la santé. En effet, l’Agence de sécurité alimentaire (Anses), saisie il y a un an par les autorités pour faire un bilan sur la question, a rendu le 5 juillet 2013 un rapport alarmant sur la consommation de poisson.

Diminuer et sélectionner les quantités consommées

Elle préconise de n’en consommer que deux portions hebdomadaires, dont au minimum une portion de poisson gras (à savoir saumon, sardine, maquereau, hareng ou truite fumée). Car d’après ce rapport, il existerait de sérieux risques de contamination au mercure ou aux PCB (un isolant utilisé dans l’industrie). L’Agence formule également de sérieux doutes sur la consommation de certaines espèces de poissons d’eau douce, notamment pour les populations les plus à risque telles que les femmes enceintes ou les plus jeunes enfants. De fait, certains poissons d’eau douce sont indiqués comme particulièrement bio-accumulateurs (anguille, barbeau, brème, carpe, silure), et pour cette raison ils ne devraient être consommés que deux fois par mois pour la majorité de la population, mais une fois tous les deux mois pour les populations à risque susmentionnées.

Varier les espèces et les lieux d’approvisionnement… !

L’Anses note avoir « étudié différents scénarios » en tenant compte à la fois des « effets bénéfiques sur la santé » de la consommation des acides gras oméga 3 qu'on trouve principalement dans les poissons gras et du niveau de contamination des poissons en dioxine, MeHg (mercure organique) et PCB (polychlorobiphényles) « dont l'action toxique est particulièrement importante pendant la période périnatale ». Et les conclusions sont donc inquiétantes : il est indiqué qu'il faut manger les deux portions de poisson « en variant les espèces et les lieux d'approvisionnement (sauvage, élevage, lieux de pêche) dans le cadre d'une alimentation diversifiée ».Facile à dire, mais difficile à respecter…

 L’Anses rappelle enfin que le poisson de mer frais se cuit « à cœur » et qu’il faut « éviter la consommation de coquillages s'ils ne proviennent pas d'une zone d'élevage autorisée et contrôlée ». Quant au poisson cru, l’Agence en rappelle les dangers inhérents, et recommande aux amateurs de sushis de congeler le poisson qu’ils utilisent à cet effet « pendant 7 jours afin de détruire les parasites potentiellement présents ».

Mais que reste-t-il à manger en toute confiance.... ?

(Rédigé le 11 Juillet 2013)
Articles similaires
Cancer : et si l'on coupait le courant aux...Non, les produits bio ne réduisent pas de 25 %...Une vache trépanée au Néolithique : de la...Les créatifs sont-ils intuitifs ou rationnels ?Les maladies auto-immunes, ou quand le système...Theranos, les secrets d’une start-up...Le retour de la gale, une maladie très...Virus du Nil occidental : peut-il se développer...Vous avez composé le 15 ? Vous verrez peut-être...Interdiction du glyphosate : que disent la...Maladie de Lyme : vers un protocole national pour...L’Etat Islandais veut interdire la circoncision...Fromages : pourquoi les microbes sont les...Corps humain : les 7 organes dont on peut se...Cinq vérités bonnes à dire sur le CANCERComment lire plus vite et retenir davantageQuel lien entre le magnétisme et les «...Expliquer les effets indésirables du Levothyrox :...Cerveau : pourquoi des pilules placebo génèrent...Lyme, fièvre du Nil, Ebola : comment l’érosion de...Surprise ! Le chauffage électrique est écologique...Prix Nobel de médecine pour 3 chercheurs en...Alerte à la radioactivité ? Non ! Ou comment...Rester trop longtemps assis nuit à votre cerveauLa coupable tentation d'abolir le secret...Pourquoi tombons-nous malades ? Darwin détient...Quelle est la durée «normale» d’un rapport sexuel...Pollution aux particules fines : peut-on faire...Faire repousser les nerfs, oui, c'est...La défiance à l'égard de la vaccination...Courir quand il fait plus de 30°C, est-ce une...Où en êtes-vous de la quête de votre ikigai ?Des nanoparticules d'or pour détruire les...Pourquoi manger est un acte citoyenSanté : les plantes sont des médicaments comme...Macron se sert-il uniquement de son cerveau droit...L'hystérie du "sans gluten"...Comment homo sapiens, cessant de mastiquer,...Ni viande, ni lait, est-ce bien raisonnable ?La lèpre est-elle prête pour une réémergence...Tout ce que l'on vous cache sur le LAIT,...L’ampleur du « tourisme » médical : analyse des...3 œufs par jour depuis 90 ans : c'est le...L'industrie du sucre sape volontairement...La menace de l'ubérisation pèse-t-elle sur...Nutrition : sucres ou graisses, quel est le...Le scanner, nouvel outil du consommateur pour...Au pays des obèses, le sucre est roiIl n’y a plus d’armes contre les bactéries...Glaucome : les raisons de son apparitionFaut-il apposer la mention «La charcuterie TUE »...Pourquoi je mange volontairement très gras