Se connecterS'abonner en ligne

L’ampleur du « tourisme » médical : analyse des pays de départ et des pays de destination

Référence de l'article : DS5748
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Elisabeth de CASTEX,Docteur en science politique, Responsable du blog Anthropotechnie de la Fondation de l'innovation politique,(9 décembre 2016)


Certes le mot « tourisme » ne reflète pas clairement les pratiques en question, le recours à des interventions médicales effectuées à l’étranger. Patients with passeports, un livre de I.Glenn Cohen, professeur de droit à l’université de Harvard, a pour objet ce « tourisme médical ».

En près de 500 pages, l’auteur dresse un panorama très complet de la question, les pratiques ainsi que les enjeux juridiques et éthiques. Les motivations pour ce « tourisme médical » sont liées en grande majorité à la souplesse de certaines réglementations étrangères et à des coûts réduits. Mais elles répondent aussi à la recherche de prestations de meilleure qualité, à la réputation d’un médecin ou encore à une prouesse technologique non disponible dans le pays de départ.

Les pratiques du tourisme médical

Souvent, les pratiques recherchées sont illégales dans le pays de départ. L’auteur évoque alors un tourisme d’évitement, circumvention tourism. C’est le cas pour les technologies reproductives, fertility tourism, les pratiques d’avortement, de suicide assisté, ou certaines thérapies à base de cellules souches (ce dernier thème sera l’objet d’un article ultérieur).
 
Pour ces pratiques illégales dans le pays de départ mais légales dans le pays où elles sont pratiquées, la question juridique de la criminalisation extraterritoriale de patients se pose. Un chapitre entier du livre est consacré au fertility tourism et aux technologies de reproduction : mères porteuses, achats/dons de gamètes, diagnostic pré-préimplantatoire pour sélection garçon/fille, insémination artificielle pour couples homosexuels…
 
Selon une étude ESHRE 2010 portant sur le fertility tourism en Europe, la France représente 8,7% des pays de départ et avec l’Italie, l’Allemagne et les Pays-Bas constitue les 2/3 de l’ensemble. Les patients français semblent se diriger en majorité, pour 64,5% d’entre eux, vers la Belgique.

Vente d’organes

Il arrive que les pratiques soient également illégales à la fois dans le pays du patient et dans le pays d’accueil où elles sont pratiquées. Le tourisme médical se pratique car le pays n’applique pas sa réglementation de manière stricte.

Dans le cas des transplantations, la vente d’organes est interdite dans tous les pays, sauf l’Iran. Mais de nombreux pays conservent des « marchés noirs ». Le point de vue de l’auteur est que les États de départ et les institutions concernées devraient développer des moyens plus importants pour l’approvisionnement en organes, seule manière de dissuader ce type de tourisme.
 
Le coût des opérations est évidemment une autre motivation très importante, en particulier pour les pontages, les prothèses de hanche et la chirurgie esthétique. Pour un genou tout neuf, comptez 48 000 dollars aux États-Unis, mais 18 000 dollars en Thaïlande et environ 6 000 dollars en Pologne.

Le coût des opérations

Pour un pontage, les écarts sont encore plus impressionnants, de 113 000 dollars aux États-Unis à 20 000 dollars à Singapour, mais 3 250 dollars à Mexico. Pour une rhinoplastie, de 4 500 dollars aux États-Unis à 2 858 en Hongrie, et 1 535 à Cuba.

Dans la plupart des cas, le coût est supporté par le patient, en particuliers aux États-Unis où, précise l’auteur, environ 30 millions d’individus ne disposeraient pas d’assurance santé en 2016 (contre 50 millions en 2010 avant l’Obama Care). D’autres personnes peuvent être sous-assurées ou bien pas assurées pour certains domaines de la santé, tels que les services dentaires ou bien esthétiques. Le tourisme médical peut aussi être pris en charge par une assurance publique ou privée.

L’auteur explique de quelle manière les assurances privées américaines ont intérêt, pour des raisons de coût, à inciter au tourisme médical. En Europe, l’auteur cite une directive européenne qui instaure un régime de soins cross-border au sein de l’Union européenne.

Ce régime constituerait pour lui un cadre institutionnel important du tourisme médical. En 2007, 4% des Européens avaient bénéficié d’un soin de santé en dehors de leur pays d’origine, en grande partie pour réduire les délais d’attente précédant la prestation. L’auteur souligne aussi l’importance du rôle des assurances publiques et privées pour la régulation du secteur

Le choix des pays de destination n’est pas un hasard : « il est le résultat d’une synergie entre les entrepreneurs de l’espace des soins de santé, et d’un support gouvernemental pour la mise en place de cette industrie ». Ainsi, le ministre mexicain du tourisme aurait annoncé son intention de faire du Mexique une destination majeure du tourisme médical : de 450 000 touristes médicaux en 2015 le pays passerait à un objectif de 650 000 en 2020.

§  I. Glenn CohenPatients with passportsNew-York, Oxford University Press, 2015.
 
Cet article a initialement été publié sur le blog Anthropotechnie de la Fondation pour l’innovation politique.

_______________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2016/12/07/274067-lampleur-tourisme-medical
 
(Mis en ligne le 9 décembre 2016)
  
Articles similaires
Comment homo sapiens, cessant de mastiquer,...Ni viande, ni lait, est-ce bien raisonnable ?La lèpre est-elle prête pour une réémergence...Tout ce que l'on vous cache sur le LAIT,...3 œufs par jour depuis 90 ans : c'est le...L'industrie du sucre sape volontairement...La menace de l'ubérisation pèse-t-elle sur...Nutrition : sucres ou graisses, quel est le...Le scanner, nouvel outil du consommateur pour...Au pays des obèses, le sucre est roiIl n’y a plus d’armes contre les bactéries...Glaucome : les raisons de son apparitionFaut-il apposer la mention «La charcuterie TUE »...Pourquoi je mange volontairement très grasL’évolution de l’espèce humaine, un parcours semé...Le glyphosate refait parler de lui (en mal, bien...Des feuilles de châtaignier contre le...Gène de l’obésité : beaucoup de bruit pour...Espèces menacées: le caribou finit par revenir...Vaccin contre la malaria : l'espoir...L’invention du vaccin contre la variole et la...Pour rester jeune, prenez de la glycine !Manger des yaourts, est-ce bon pour la santé ?La pharmacologie de haute précision, c’est...La bonne (et la mauvaise) humeur est contagieuse...Cigarette électronique : quand les vices ont des...Résistances aux antibiotiques : la vraie urgenceLa grosse blague de la « Charte pour une santé...Gluten, lactose, oligosaccharides : une nouvelle...Alcool et sexe : tout un programme !Origine de la peste en Europe : une histoire de...Mangez de la viande rouge, des œufs, du gras et...L'allongement génétique de la durée de vie :...Le moustique porteur de la malaria surtout attiré...Anxiolytiques, somnifères et pourquoi pas...L’Inde préfigure l’ère post-antibiotiquesNotre nez ne sert plus à rien, par la faute de...Cyber-médecine : c’est pour demain !Avec ses propres cellules souches, un enfant peut...(Exclusif) Huile de palme : la Malaisie avertit...Inquiétant : la propagande anti-vaccins...Les produits laitiers, toujours bons pour la...Saccharine, aspartame, sucralose : attention,...Le mythe de la toxicité du glutamateUn nouveau modèle de santé est absolument...Les OGM s’attaquent aux moustiquesStévia ou les risques du principe de précaution...Pollution : Pékin sommée d'agirLes nouveaux moteurs essence émettent plus de...Ecotaxes : pourquoi ça coince7 millions de décès prématurés sont liés à la...Santé : le Sud malade de son environnement