Se connecterS'abonner en ligne

COP21 : la surpopulation mondiale, grande absente des débats

Référence de l'article : DD5013
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alain DESTEXHE,Député de la Communauté Wallonie-Bruxelles, Ancien Sénateur, Ancien Président de l'International Crisis Group,(11 décembre 2015)

 

Nous sommes déjà trop nombreux sur terre. Ce facteur majeur du réchauffement climatique ne sera pourtant pas abordé lors de la COP21.


Michel Onfray n'avait pas tort d'écrire dans Le Figaro  [1] que la démographie passe pour une discipline réactionnaire car elle n'annonce pas des lendemains qui chantent. Il n'y a guère de doute sur le fait que la population de l'Afrique va doubler au cours des 30 prochaines années pour atteindre 2 milliards d'habitants en 2050 et probablement 4 milliards à la fin du siècle. Pour faire face à cet accroissement, l'Afrique devrait créer 20 millions d'emplois par an. Ce continent, qui était deux fois moins peuplé que l'Europe en 1960, le deviendrait cinq fois plus en 2100. La population de l'Asie - 4,4 milliards d'habitants – devrait, quant à elle,  encore s'accroître d'un milliard d'ici 2050. Au niveau mondial, sur une courte période historique de 250 ans, nous aurons assisté à une multiplication par dix de la population.
 
Malgré ces chiffres alarmants, aucune politique de limitation des naissances ne figure à l'agenda de la COP21. Il s'agit d'un sujet trop sensible pour les gouvernements quand les plus grandes religions du monde, l'islam et la chrétienté, encouragent toujours le natalisme.
 
Selon The Economist, la politique de l'enfant unique en Chine a eu davantage d'impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre que toutes les politiques américaines ou européennes en la matière. 400 millions de naissances et autant de consommateurs ont ainsi été évités, sans doute pour le plus grand bonheur des habitants actuels de la Chine.
 
L'Inde, qui sera bientôt le pays le plus peuplé de la terre - 1,7 milliard d'habitants en 2050 - serait en bien meilleure posture, si elle comptait un demi-milliard d'habitants en moins. La forêt amazonienne, le poumon de la planète, serait quant à elle mieux protégée si le Brésil était moins peuplé.
 
Or, pour la Banque mondiale ou l'ONU, l'augmentation de la population ne peut être qu'un «potentiel de croissance», une «opportunité à saisir» et même un « dividende démographique » ! Le scénario d'une terre peuplée d'un peu moins de dix milliards d'habitants en 2050 ressemble pourtant davantage à celui d'une catastrophe annoncée, entre épuisement des ressources naturelles, déforestation et désertification croissantes, l'extinction de dizaines de milliers d'espèces, sans parler de la promiscuité de plus en plus intolérable dans les villes, les transports ou les sites touristiques.

Des migrations de plus en plus incontrôlables

Nous devons aussi nous attendre à une augmentation des conflits qui entraîneront des migrations de plus en plus incontrôlables. Si l'on observe et analyse l'afflux actuel des migrants en Europe sous l'angle de la démographie des principaux pays d'origine (Syrie, Afghanistan, Erythrée, Somalie), on constate que ces derniers ont tous multiplié leurs populations par 4, 5 ou 6 depuis 50 ans. Malgré les conflits en cours, les taux de fécondité y sont tels - 7 enfants par femme en Somalie - que leur population pourrait encore doubler en 15 ou 20 ans. Quelles que soient leurs performances économiques, il est évident que des pays africains seront tentés d'évacuer le trop-plein démographique vers la vieille Europe et qu'il sera difficile de résister à cette pression.
 
Dans le débat climatique, il est régulièrement rappelé que l'augmentation historique du CO2 dans l'air provient en premier lieu des pays industrialisés. Par habitant, leurs émissions restent effectivement largement supérieures à celles des pays moins avancés. A ce titre, les premiers devraient donc financer l'essentiel de la facture de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Peut-être, mais ce raisonnement culpabilisant nous ramène au temps du tiers-mondisme et du «sanglot de l'homme blanc» théorisé par Pascal Bruckner. Ne faudrait-il pas alors prendre en compte la contribution positive des pays industrialisés à travers la création d'inventions qui ont amélioré la qualité de vie de l'homme moderne, mécanisé l'industrie et l'agriculture et réduit drastiquement la mortalité? Par ailleurs, dans la mesure où il est souhaitable et inévitable qu'un toujours plus grand nombre de personnes participe à la société de consommation, ce sont les pays les plus peuplés de la planète qui pourraient rapidement avoir une dette climatique à l'égard de ceux qui le sont moins.

Un problème non abordé ne peut pas avoir de solution !

Un problème qui n'est pas abordé ne peut pas avoir de solution. La limitation des naissances devrait pourtant être une priorité absolue pour les pays d'Afrique et d'Asie du sud. Non seulement pour prévenir le réchauffement climatique dont ils seront les premières victimes, mais également pour assurer le bien-être de leurs populations. Etant donné l'importance de la question, les pays industrialisés pourraient en faire une condition dans l'octroi de l'aide au développement. Mais ce point ne figure dans aucun des 169 «objectifs de développement durable», adoptés récemment par l'ONU et qui serviront de boussole aux politiques de développement internationales au cours des 15 prochaines années.
 
En 2013, peu avant son décès, le Prix Nobel belge de médecine Christian De Duve, écrivait dans Sur la Science et au-delà: « On a reculé de deux siècles l'apocalypse prédite par Malthus. Mais on s'en rapproche dangereusement (…). Toutes les menaces qui pèsent sur l'avenir résultent d'une cause: nous sommes trop nombreux par rapport aux ressources de la planète (…). La survie des hommes est en jeu ». Malthus a sans doute eu tort d'avoir eu raison trop tôt.

[1] Michel Onfray : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/09/10/31003-20150910ARTFIG00382-michel-onfray-on-criminalise-la-moindre-interrogation-sur-les-migrants.php

(Article publié à l'origine sur FigaroVox et reproduit ici avec l'aimable autorisation de l'auteur)

Pour en savoir plus sur l'auteur, merci de cliquer sur la biographie ci-dessous.

(Mis en ligne le 11 Décembre 2015)
 

Document mis en Annexe :