Se connecterS'abonner en ligne

L'activité déclinante des tâches solaires nous rapproche-t-elle d'une mini-glaciation?

Référence de l'article : DP6829
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Jacques HENRY,Ancien chercheur au CNRS,(5 Mai 2018)



Le cycle solaire # 24 touche à sa fin puisqu’il en est maintenant à son 112ème mois sur une moyenne de 135 mois depuis que les observations des taches solaires ont été répertoriées méthodiquement à partir des années 1750. Le cycle # 1 est celui qui débuta donc après 1750. La représentation ci-dessus indique l’amplitude des cycles en fonction du nombre de taches solaires observées chaque mois terrestre, corrigées en fonction de la rotation du Soleil autour de lui-même en 25 jours. Comme chacun peut le remarquer l’activité solaire varie au cours des années et ces variations expliquent en grande partie les changements du climat au cours des siècles qui ont été bien répertoriés par les chroniques et vérifiées par toutes sortes d’autres méthodes.

Il existe une autre représentation des variations du nombre de taches solaires, nombre directement corrélé à l’activité magnétique de l’astre, qui est plus parlante, si l’on peut dire les choses. Depuis le cycle # 1 les astronomes ont établi une moyenne du nombre de taches solaires pour chaque mois et ont ainsi obtenu la courbe en bleu ci-dessous. Le nombre de taches solaires (solar spot number, SSN) du cycle # 24 est indiqué en rouge, et en trait gris celui du cycle # 5, le premier du minimum climatique de Dalton.



Pour chaque cycle individuel il est alors possible d’obtenir par différence – pour chaque mois d’un cycle donné – entre cette moyenne et les observations réalisées dans le passé, ou pour le cycle # 24 actuel, le nombre de taches solaires supérieur ou inférieur à cette moyenne :



Les astronomes obtiennent alors cette représentation beaucoup plus claire qui indique l’excédent ou le déficit en taches solaires pour chaque cycle, et cette représentation peut être réalisée pour n’importe quel mois de ces cycles. Comme il est facile de le remarquer aussi cette représentation montre clairement que le minimum climatique de Dalton et le petit âge glaciaire coïncident parfaitement avec des déficits en taches solaires ; et l’optimum climatique moderne résulte d’une activité solaire soutenue durant 7 cycles consécutifs, du jamais observé et déduit d’autres proxys depuis l’optimum climatique qui favorisa l’expansion de l’Empire Celte (et Gaulois) depuis la Mer Noire jusqu’à Bordeaux du 5e au 2e siècle avant notre ère. Ces conditions climatiques particulièrement favorables autorisèrent la mise à sac de Rome en 390 avant notre ère par les Celtes, mais c’est une autre histoire …

Le cycle solaire actuel qui en est donc à son 112e mois est largement déficitaire en nombre de taches et il est déjà le troisième cycle le plus déficitaire après les cycles # 5 et 6 (minimum de Dalton) depuis que les taches solaires sont scrupuleusement comptabilisées. Les astrophysiciens avaient noté il y a quelques semaines l’apparition d’une tache solaire dans l’hémisphère sud du Soleil qui aurait pu signer la fin du cycle # 24 mais elle n’a persisté que quelques jours ; c’était une fausse alerte. Pour ce qui concerne le futur de l’activité solaire les avis sont partagés. Le cycle suivant est prévu selon les modèles d’évolution du champ magnétique solaire comme étant également très faible et il faudra attendre au moins jusqu’en 2035 pour assister à une éventuelle normalisation de l’activité magnétique solaire, voire la fin des années 2040 à moins que le Soleil entre dans une phase d’atonie prolongée. Autant dire que ces simples observations incontestables réalisées par le passé n’augurent rien de bien « réchauffant » pour le futur de l’évolution du climat.

Source et illustration : http://kaltesonne.de/die-sonne-im-marz-2018-und-neues-uber-die-treibhausgas-empfindlichkeit-unseres-klimas/ via le site de Pierre Gosselin notrickszone

______________________________________________________________________________
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2018/05/04/315501-nouvelles-du-soleil-rien-de-vraiment-rassurant 
 
(Mis en ligne le 5 Mai 2018)

 

Articles similaires
Augmentation du CO2 atmosphérique : quelques...Hommage à Jacques Duran: quelques faits...Disparition de Jacques Duran, pionnier du...Quelques faits et incertitudes scientifiques à...Quelles sont les évolutions récentes du CO2...Quelles sont les évolutions récentes du CO2...Les changements climatiques : une banalité dans...Crues de la Seine (1658, 1910, 2016 et 2018 ) :...Le juste prix du carbone : cinq questions à ...Changement climatique : les sornettes chiffrées...Histoire longue des cyclones et ouragans aux...Les objectifs de la LOI pour la transition...Le Tchad serait le pays le plus exposé au...Accord sur le climat : Trump face à une...La dernière trouvaille "scientifique" :...Stockage, aisé et rapide, du carbone émis : y a...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Changement climatique : un peu de sagesse est...Après la COP21, voici quelques premières actions...COP21 : un « accord historique » en...COP21: texte intégral + un résumé commenté de 40...COP21 : la surpopulation mondiale, grande absente...Tentative de synthèse sur l'opposition...Changement climatique : qu'en pensent les...Le GIEC, un organisme davantage politique et...Le niveau de la mer monte : vrai ou faux ?Une nouvelle ère glaciaire se profile à...Inde et Chine réclament les 100 milliards de...Climat : nouvelles données sur le rôle du...Pour en finir avec la théorie de l’effet de serre...Procès Xynthia : catastrophe naturelle ou...Changement climatique ? C’est aussi le...Face au GIEC, un rapport indépendant soutenant le...Peut-on encore stopper le changement climatique ?GIEC et climat, publication du rapport du Groupe...Climat : l'accélération du nombre de...Climat : de Varsovie à ParisClimat : les experts du GIEC confirmentRéchauffement climatique : des effets déjà...OMS : la pollution de l’air est cancérigèneTout ce que vous rêviez de savoir sur le GIEC et...Bras de fer entre Homo economicus et Dame Nature...L’acidité dans l'océan Arctique atteint des...