Se connecterS'abonner en ligne

Le GIEC, un organisme davantage politique et scientiste, que scientifique

Référence de l'article : DC4892
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Istvan MARKO,(9 octobre 2015)
 
 

Comment le GIEC a organisé un gigantesque transfert d’argent de tous les citoyens vers quelques bénéficiaires…

À l’aube de la Conférence internationale sur le climat de Paris (COP21), les déclarations alarmistes se succèdent à un rythme effréné, entretenu par la colossale machine de propagande de l’ONU. Rien ne nous est épargné, ni la sècheresse et les feux de forêts en Californie, ni le dernier ouragan traversant l’Asie. Tout événement météorologique pouvant inquiéter un tant soit peu le public est immédiatement relié au changement climatique anthropique.

Dans une récente interview sur La Première (RTBF), le vice-président du GIEC (Groupe Intergouvernemental pour l’Étude du Climat), le Professeur Jean-Pascal van Ypersele, n’a pas hésité à nous promettre l’apocalypse finale : des sécheresses et des pluies extrêmement intenses, des récoltes de céréales en chute libre, une montée catastrophique du niveau des océans… et de blâmer le CO2 produit par l’homme. Et d’exiger que l’on arrive à une décarbonisation totale de notre société d’ici 2100 ! Sinon, la température de la Terre augmentera de plus de 2°C, niveau au-delà duquel une fin atroce nous attend.

Le vice-président du GIEC semble ignorer (?) que cette limite de +2°C dans l’élévation de la température moyenne de notre planète ne repose sur aucune preuve scientifique. Ce chiffre a été lancé par des climatologues allemands dirigés par le Pr Schellnhuber, directeur du Potsdam Institute for Climate Impact Research, sous la pression d’Angela Merkel. Plus tard, le Pr. Schellnhuber déclarera : « Cette limite de +2° n’a rien de magique ; c’est seulement un but politique. Le monde ne disparaîtra pas immédiatement, même en cas de réchauffement plus puissant ».

Cette déclaration n’émeut pas notre vice-président qui poursuit : « Si on continue le train de développement actuel sans rien modifier, nous arriverons probablement à +4 ou + 5° de plus et ce sera catastrophique pour bien des populations ». De nouveau, il semble ignorer (?) que de nombreuses publications scientifiques récentes revoient à la baisse l’impact du réchauffement dû au doublement de la quantité de CO2 atmosphérique. Le Pr Jean Jouzel, également vice-président du GIEC, affirmait récemment que le réchauffement observé de la Terre était de l’ordre de 0,01°C par an ! D’ici 2100, la Terre verrait sa température augmenter de 0,85°C si rien ne changeait. On est loin, très loin, des +2°C politiques et des +4 à +5°C extravagants issus des modélisations les plus folles. La non-fiabilité des modèles climatiques a été clairement dénoncée par Hans von Storch, l’un des plus éminents climatologues allemands, qui n’hésite pas à déclarer : « Les modèles climatiques sont faux à plus de 98% ! » Et pourtant, ce sont les résultats erronés de ces modèles non fiables qui servent de base de travail aux décideurs politiques.

Le coupable est, évidemment, le CO2 émis par l’homme, et uniquement celui-là. Rappelons qu’il n’y a aucune preuve scientifique de l’influence du CO2 sur la température du globe. Au contraire, toutes les études indiquent que, durant les 400.000 dernières années, la variation de la concentration en CO2 atmosphérique a toujours suivi les fluctuations de la température, jamais l’inverse. Tandis que la quantité de CO2 émise par l’homme ne cesse de croître depuis l’ère industrielle, un refroidissement climatique important a été observé de 1942 à 1975, menant certains à prédire l’imminence d’un nouvel Âge Glaciaire. Depuis presque 19 ans, la température moyenne de la Terre n’a pas augmenté d’un iota. Durant cette période, 1/3 du CO2 produit par l’homme a été émis dans l’atmosphère. Si le CO2 avait un effet quelconque sur la température, nous l’aurions déjà observé, non ?

Toutes les prédictions effectuées par les climatologues modélisateurs se sont toujours révélées erronées. Toutes, sans exception ! Le nombre et la violence des ouragans a diminué au lieu d’augmenter, les glaces en Antarctique ne cessent de croître depuis près de 30 ans, la banquise arctique qui devait disparaître depuis 2008 est toujours là et elle récupère admirablement, la vitesse de montée des océans a fortement diminué, les ours polaires qui étaient en voie de disparition ont vu leur population multipliée par 7 depuis 1970 et la planète a verdi de 21%, en partie grâce à la croissance du taux de CO2 atmosphérique. Au contraire des affirmations du Pr van Ypersele : « Dès 1° de plus, la production de céréales comme le blé ou le riz est menacée », de nombreuses études effectuées en champ et sous serre montrent que le blé et le riz prospèrent lorsque le taux de CO2 dans l’atmosphère et la température augmentent (jusqu’à 600 ppmv et +3°C) ! Signalons qu’il existe aussi de multiples variétés de blé et de riz résistantes à ce type de stress.

Quant aux énergies renouvelables, prônées par le vice-président du GIEC, elles ne sont pas compétitives avec les énergies fossiles et nucléaires. Sans les gigantesques subventions étatiques payées par les contribuables, ces énergies intermittentes au coût exorbitant n’auraient jamais vu le jour. Pourtant, il s’obstine à recommander ces solutions inopérantes qui, non seulement appauvrissent la population (plus d’un million d’Allemands sont incapables de payer leurs factures énergétiques) mais risquent de renvoyer à la pauvreté un nombre croissant de nos frères humains. Le scandale du transfert des taxes des pauvres vers les plus nantis, qui peuvent se payer des panneaux solaires et des Tesla S, des compagnies électriques qui s’enrichissent grâce aux certificats verts, et des banques qui prennent au passage leur obole, n’a que trop duré. Le GIEC a organisé, avec la complicité de certains politiques, un gigantesque transfert d’argent de tous les citoyens vers quelques heureux bénéficiaires. C’est une honte éthique… Le pire est que cela a été orchestré par des partis de gauche.

Qu’il est triste que la climatologie, cette jeune et belle science, soit ainsi dévoyée à des visées politiciennes et au dogmatisme idéologique....

_____________________________________________
 
Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
http://www.contrepoints.org/2015/10/09/224588-cop21-le-climat-va-bien-merci-pour-lui#LeUH7J68FKsfD3LC.99
 
(Mis en ligne le 9 Octobre 2015)

 
Articles similaires
Le juste prix du carbone : cinq questions à ...Changement climatique : les sornettes chiffrées...Histoire longue des cyclones et ouragans aux...Les objectifs de la LOI pour la transition...Le Tchad serait le pays le plus exposé au...Accord sur le climat : Trump face à une...La dernière trouvaille "scientifique" :...Stockage, aisé et rapide, du carbone émis : y a...Inondations et gestion des risques: pourquoi ne...Changement climatique : un peu de sagesse est...Crues de la Seine (1658, 1910 et 2016) :...Après la COP21, voici quelques premières actions...COP21 : un « accord historique » en...COP21: texte intégral + un résumé commenté de 40...COP21 : la surpopulation mondiale, grande absente...Tentative de synthèse sur l'opposition...Changement climatique : qu'en pensent les...Le niveau de la mer monte : vrai ou faux ?Une nouvelle ère glaciaire se profile à...Inde et Chine réclament les 100 milliards de...Climat : nouvelles données sur le rôle du...Pour en finir avec la théorie de l’effet de serre...Procès Xynthia : catastrophe naturelle ou...Changement climatique ? C’est aussi le...Face au GIEC, un rapport indépendant soutenant le...Peut-on encore stopper le changement climatique ?GIEC et climat, publication du rapport du Groupe...Climat : l'accélération du nombre de...Climat : de Varsovie à ParisClimat : les experts du GIEC confirmentRéchauffement climatique : des effets déjà...OMS : la pollution de l’air est cancérigèneTout ce que vous rêviez de savoir sur le GIEC et...Bras de fer entre Homo economicus et Dame Nature...L’acidité dans l'océan Arctique atteint des...