Se connecterS'abonner en ligne

La mère de l'écologie américaine indirectement responsable de millions de morts

Référence de l'article : DA6196
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Paul OFFIT,Professeur de pédiatrie et Auteur du livre "Le laboratoire de Pandore : 7 histoires d'une science qui déraille",Un article de la Foundation for economic education (23 Juin 17)

Le 24 janvier 2017, la chaîne de télévision américaine PBS a consacré une émission spéciale de deux heures à Rachel Carson, la mère fondatrice de l’écologie aux États-Unis. Ce documentaire a certes largement dépassé la frontière entre la biographie et l’hagiographie, mais dans le cas de Carson, les louanges effrénées étaient amplement méritées – sauf sur un point.

Rachel Carson (1907-1964) était une héroïne américaine. Au début des années 1960, elle fut la première à mettre en garde contre un pesticide du nom de DDT qui risquait de s’accumuler dans l’environnement ; la première à montrer qu’il pouvait causer des dommages sérieux aux poissons, aux oiseaux et à nombre d’autres animaux ; la première à prédire que son usage excessif finirait par le rendre inefficace ; et la première à préconiser l’utilisation alternative de pesticides plus naturels tels que les bactéries tueuses de larves de moustiques.

Malheureusement, le documentaire de PBS négligea de mentionner que dans son livre fracassant, Printemps silencieux (Silent Spring), Carson avait commis une erreur cruciale, qui coûta la vie à des millions de personnes.

SUCCÈS LITTÉRAIRES

Le 1er novembre 1941, Rachel Carson publia son premier ouvrage, Under the Sea-Wind (Sous les vents marins). Bien que destiné à des adultes, le livre n’était pas sans un certain sens du merveilleux propre à l’enfance. Il racontait l’histoire de Silverbar, un bécasseau sanderling qui migrait du cercle polaire arctique jusqu’en Argentine ; celle de Scomber, un maquereau qui voyageait de la Nouvelle-Angleterre jusqu’au plateau continental ; et celle d’Anguilla, une anguille américaine qui se déplaçait jusqu’à la Mer des Sargasses pour se reproduire. « Il y a de la poésie ici » commenta un critique.

Le 2 juillet 1951, elle publia son second livre, Cette mer qui nous entoure (The Sea Around Us). Deux mois plus tard, il était N° 1 sur la liste des bestsellers du New York Times, place qu’il conserva 39 semaines – un record.
 
Quand l’effervescence retomba, le livre s’était vendu à plus de 1,3 million d’exemplaires, il avait été traduit dans 32 langues, il avait reçu le National Book Award et il avait été transposé au cinéma. Les rédacteurs en chefs des principaux journaux du pays décernèrent le titre de « Femme de l’année » à Rachel Carson.
 
En octobre 1955, elle publia son troisième livre, Les Merveilles de la mer et de ses rivages (The Edge of the Sea), un guide touristique pour l’aventurier ordinaire. Le New Yorker le publia en feuilleton, les critiques l’applaudirent et le public l’adora : il s’en vendit plus de 70 000 exemplaires, ce qui le propulsa à la quatrième place dans la liste des bestsellers du New York Times.
Aujourd’hui, la plupart des personnes de moins de 40 ans n’ont probablement jamais entendu parler de Rachel Carson. Mais au début des années 1960, tous les Américains ou presque connaissaient son nom.

DIABOLISATION DU DDT

Le 27 septembre 1962, Rachel Carson changea de ton. Son livre suivant, Printemps silencieux (Silent Spring), qu’elle appelait son « livre poison », était une charge polémique coléreuse et sans retenue contre les pesticides, au premier rang desquels : le DDT.
 
Le premier chapitre, intitulé « Fable pour demain », était presque biblique dans la mesure où il cherchait à nous faire admettre que nous avions péché contre notre créateur.
Il était une fois une petite ville au cœur de l’Amérique où toute vie semblait vivre en harmonie avec son environnement. Puis un mal étrange s’insinua dans le pays et tout commença à changer … le bétail tomba malade et mourut … les ruisseaux étaient sans vie … partout planait l’ombre de la mort. 
 
Les oiseaux étaient les victimes particulières de cette plaie étrange. Dans une ville qui « palpitait autrefois de mille chants d’oiseaux, il n’y avait plus de sons, seulement le silence. » Un printemps silencieux.
 
Les oiseaux n’étaient pas les seuls à souffrir. Selon Carson, les enfants périssaient de mort soudaine, d’anémies aplasiques, de malformations congénitales, de maladies du foie, d’anomalies chromosomiques et de leucémies – tout ceci causé par le DDT. Quant aux femmes, elles souffraient d’infertilité et de cancers de l’utérus.
 
Carson prit bien soin de préciser qu’elle ne parlait pas de quelque chose qui pourrait arriver, mais de quelque chose qui s’était déjà produit. Notre guerre contre la nature s’était transformée en une guerre contre nous-mêmes.

En 1963, Rachel Carson témoigna devant le ministère américain du Commerce (Department of Commerce) et demanda qu’une « Commission pesticides » contrôlât l’utilisation débridée du DDT. Dix ans plus tard, cette commission devint l’Agence américaine de Protection de l’Environnement (Environmental Protection Agency ou EPA) qui interdit immédiatement le DDT. Dans la foulée de la décision américaine, l’utilisation du DDT à l’échelle internationale décrut rapidement.

UN TUEUR MONDIAL

Bien que le DDT devînt très vite synonyme de poison, ce pesticide était une arme de grande efficacité dans la lutte contre une maladie infectieuse qui avait tué – et continue à tuer – plus de personnes qu’aucune autre : le paludisme (malaria en anglais).
 
En 1960, le paludisme avait été éliminé de 11 pays dont les États-Unis, essentiellement grâce à l’action du DDT. À mesure que les taux de paludisme diminuaient, l’espérance de vie se mit à augmenter, tout comme la production de céréales, la valeur des terres et la richesse relative.
Le Népal est probablement le pays qui bénéficia le plus du DDT. La vaporisation du produit y commença en 1960, à une époque où plus de 2 millions d’habitants, surtout des enfants, souffraient du paludisme. En 1968, le même chiffre était tombé à 2 500. Dans le même temps, l’espérance de vie était passée de 28 à 42 ans.

RÉAPPARITION DU PALUDISME

Mais lorsque le DDT fut interdit, le paludisme réapparut sur toute la planète :

  • En Inde, le DDT a permis de réduire les cas annuels de paludisme de 100 millions en 1952 à 60 000 en 1962. À la fin des années 1970, en l’absence de DDT, le nombre de cas était remonté à 6 millions.
  • Au Sri Lanka, 2,8 millions de personnes souffraient du paludisme avant l’utilisation du DDT. Lorsque les vaporisations cessèrent, il ne restait plus que 17 malades. Mais sans DDT, le Sri Lanka dut rapidement faire face une épidémie massive de paludisme qui contamina 1,5 million de personnes.
  • En Afrique du Sud, les cas de paludisme augmentèrent de 8 500 à 42 000 à partir du moment où le DDT devint indisponible. Les décès passèrent de 22 à 320.

Depuis le milieu des années 1970, date à laquelle le DDT fut éliminé des traitements, des dizaines de millions de personnes sont mortes du paludisme sans aucune nécessité. La plupart furent des enfants de moins de 5 ans. Alors qu’il aurait été raisonnable de bannir le DDT dans ses utilisations agricoles, il fut irresponsable de l’interdire dans le contexte de la santé publique.

CHOISIS TON POISON ?

Les écologistes ont fait valoir que dans le cas du DDT, c’est « choisis ton poison ». Si on interdisait le DDT, plus de gens mourraient du paludisme, mais si on ne l’interdisait pas, les gens devraient souffrir et mourir d’une grande quantité d’autres maladies, le cancer n’étant pas la moindre. Des études conduites en Europe, au Canada et aux États-Unis ont cependant montré depuis lors que le DDT ne provoque pas chez l’homme les maladies que Rachel Carson lui attribuait.

Aux États-Unis, le seul type de cancer ayant augmenté pendant la période d’utilisation du DDT fut le cancer du poumon dont la cause est le tabac. Le DDT était sans conteste l’un des insecticides les plus sûrs jamais inventés ; bien plus sûr que de nombreux pesticides qui l’ont remplacé.

MORTS SANS NÉCESSITÉ

Les adeptes de Carson plaident que si elle avait vécu plus longtemps, elle n’aurait jamais fait la promotion d’une interdiction du DDT dans la lutte contre le paludisme. Et de fait, dans Printemps silencieux, elle écrivait : « Ce n’est pas mon propos de dire que les pesticides chimiques ne doivent jamais être utilisés ». Mais c’était son propos de dire que le DDT causait la leucémie, les maladies du foie, les malformations congénitales, les naissances prématurées ainsi qu’une gamme complète de maladies chroniques.
 
Un auteur influent ne peut pas clamer d’un côté que le DDT provoque la leucémie (ce qui, en 1962, équivalait à une sentence de mort) et s’attendre ensuite à ce que ses déclarations conduisent à moins qu’une interdiction totale du produit chimique en question.
En 2006, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) réintégra le DDT dans l’ensemble des traitements dédiés à l’éradication du paludisme. Mais pas avant que des millions de personnes ne soient décédées sans nécessité de cette maladie.
 

Article publié initialement par The Daily Beast le 4 avril 2017. Traduction de Nathalie MP pour Contrepoints.

____________________________________________________________

Article reproduit avec l'autorisation de l'éditeur :
https://www.contrepoints.org/2017/06/22/292714-mere-de-lecologie-politique-etait-tueuse-serie
 
(Mis en ligne le 23 Juin 2017)

Articles similaires
Les coffres-forts qui conservent les graines de...Les dégâts écologiques du Veganisme, tels que...La guerre des prix agricoles fait rage, de la...La disparition du vrai foie gras artisanal,...Comment résoudre les crises agricoles, dans la...De l’agriculteur au consommateur : la guerre des...Crise des éleveurs : le paysan est aussi un...Pourquoi les prix de l'alimentaire vont...Accaparement des terres agricoles : est-ce un...Les prix agricoles tombés à leurs plus bas...Comment faire pour augmenter la production...2014, une année record pour la production...Barrage Sivens: jacobinisme et libéralisme, les...Des conditions favorables stimulent la production...Comment le caféier fabrique la caféine :...Vous ignorez probablement que les pesticides ont...Construire la résilience en vue d'une...Comment nourrir la Planète avec moins...Abeilles : mais de quelle catastrophe parlez-vous...Le cartel de la potasse s’écrouleAgriculture : le Qatar lance la sienne en plein...Hausse de 6,5% de la production céréalière à 2,5...L’envolée des grains, maïs compris : Round IIHausse de la production agricole nord-coréenneDBA : pour jouer le démarrage d’un long trend...Tour du monde du marché de la BananeArt’s-Way Manufacturing va bénéficier de...Tour du Monde de la culture du TabacIPI, ou de la dynamite dans le secteur des mines...Origin Agritech : la mêche est allumée…Lait et produits laitiers : des marchés mondiaux...Les agriculteurs vont devenir riches et acheter...Les engrais à la hausse : Potash Corp. of...FAO : net ralentissement de la croissance de la...Investir dans les terres agricoles :...Et si les prix actuels du blé étaient faux ?La consommation de viande ovine baisse...La Thaïlande accumule les stocks de riz en...Les experts réclament de nouvelles études sur les...L’agriculture allemande produit davantage, malgré...Viande bovine : qui consomme ? Qui exporte ? Qui...Les agriculteurs vont devenir riches et acheter...« Sans phosphore, pas de vie sur Terre »L'eau et les terres vaudront de l'or !« The daily 236 000 » : Bunge est prêt pour...Classement Mondial des Pays producteurs de VinProtégez-vous contre l'inflation des...La Russie évoque un sommet du G20 sur...Tour du monde des Pays producteurs de caféL’Union européenne en tête de la production, mais...L’invasion d’insectes ravageurs dans le nord de...Phosphates et potasse, ou la ruée vers l’or......