Se connecterS'abonner en ligne

Barrage Sivens: jacobinisme et libéralisme, les deux mamelles des Verts

Référence de l'article : DA4056
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Eric VERHAEGHE ( 31 octobre 2014),

La mort tragique d’un manifestant sur le site de Sivens donne une nouvelle dimension à ce mouvement de contestation, dont les racines écologistes sont beaucoup plus proches du jacobinisme et du libéralisme qu’on ne le croit.

L’écologie, nouveau véhicule du jacobinisme

Dans le cas du barrage de Sivens, le mouvement écologiste donne une nouvelle illustration de l’approche profondément jacobine des dossiers, sous des dehors exactement contraires.
Sur son blog, José Bové illustre parfaitement ce dilemme.  Ainsi, dans un premier temps, José Bové soutient que: « Ce barrage est un cadeau inacceptable de l’Etat et des pouvoirs publics, seuls financeurs de l’ouvrage, à l’agro-industrie. Il correspond aux moyens de fonctionnement d’une agriculture productiviste dépassée ». L’Etat serait donc le principal responsable du projet.
 
Mais… dans un billet suivant, le même José Bové souligne: « Le Conseil Général avait déjà donné la mesure de son entêtement en tentant de museler les opposants par l’interdiction de l’accès à la maison forestière de Sivens où était prévu un rassemblement le weekend dernier. Il témoigne dans les faits de sa vassalisation aux maïsiculteurs et au lobby de l’agriculture intensive ».
 
En vérité, le sujet principal du barrage de Sivens est bien la volonté du Conseil Général du Tarn de transformer le paysage départemental sur des critères qui paraissent non conformes à l’intérêt général. José Bové, comme beaucoup d’écologistes, appelle donc l’Etat à intervenir et à ordonner l’arrêt des travaux. Cet appel à l’intervention de l’Etat se retrouve sur les autres dossiers, à Notre-Dame-des-Landes, par exemple, où le pouvoir parisien est en permanence appelé par les Verts à corriger les décisions locales.

L’embarras des Verts sur la question des territoires

La question du jacobinisme dans l’écologie est assez intéressante, parce qu’elle se présente sous une morphologie particulière, et comme l’alliance de deux contraires complexes à synthétiser.
Sur la loi de décentralisation intitulée « Modernisation de l’action publique territoriale et affirmation des métropoles », c’est par exemple le député indépendantiste breton apparenté aux Verts Paul Morlac qui a exprimé le point de vue du parti. Son intervention mérite d’être lue, car on y trouve quelques perles:
 
« Nous redoutons les conséquences d’un affaiblissement de l’institution régionale, car les métropoles cesseraient alors d’être des pôles structurants et s’exonéreraient de toute obligation en matière d’aménagement du territoire régional. Je le répète, si les métropoles sont des organisateurs pour les territoires, elles seront utiles à ces derniers. Mais si elles se révèlent de simples aspirateurs d’activité et de population, fonctionnant sans se soucier des territoires qui les entourent, alors ce sera la fin des territoires ruraux, particulièrement en Bretagne, une région irriguée par un réseau de villes polycentrique ».

En réalité, sous couvert de pratiquer la décentralisation différenciée, la parole écologiste exprime une crainte: celle de voir émerger des capitales régionales qui concurrenceraient Paris et remettraient en cause un éparpillement territorial savamment préservé par l’Etat central aujourd’hui.
C’est en ce sens que le fantasme d’une France rurale traditionnelle est jacobin: les Verts, y compris les alternatifs du type José Bové, considèrent que l’Etat en est le meilleur garant, et que le pouvoir donné aux collectivités locales constituerait son principal ennemi. Comme dans le Tarn, les collectivités pourraient bien s’aviser de transformer le paysage et de modifier les équilibres locaux.

L’écologie, véhicule libéral

Dans la critique adressée au Conseil Général du Tarn sur le dossier Sivens, les écologistes utilisent volontiers des arguments inspirés d’un libéralisme orthodoxe. Au-delà du simple fait que le barrage est entièrement financé par des fonds publics, c’est la rationalité de l’investissement qui est en cause: le fait qu’il coûte 8,5 millions d’euros d’investissement pour moins de 80 exploitations (et probablement beaucoup moins) est régulièrement mis en avant dans les prises de position de la sphère verte.
Cette attention aux finances publiques est intéressante, parce qu’elle dévoile l’attachement assez spontané des Verts à une réduction de l’intervention de l’Etat (au sens large) dans l’organisation économique. Au fond, les Verts considèrent que l’investissement public à Sivens est une aberration totalement artificielle en terme de rationalité économique.
En grattant un peu, on reconnaîtra d’ailleurs que la position globale des écologistes sur l’investissement public est plutôt hostile, et globalement plutôt axée sur le développement urbain. Dans la mouvance écologiste, on trouvera par exemple des plaidoyers de bon sens pour une réorientation des investissements publics vers l’amélioration des transports urbains parisiens.
 
France des villes contre France des campagnes

De fait, on peut se demander pourquoi consacrer 8,5 millions€ publics à un barrage qui aidera une poignée d’agriculteurs dans le Tarn, comme on a consacré 50 millions€ publics à un aéroport à Brive-la-Gaillarde, qui assure le transport de 60.000 passagers annuels, quand le RER B, qui assure le transport de plus d’un million de passagers… par jour, soit 7.000 fois plus de passagers qu’à Brive, n’a pas deux milliards€ (soit 40 fois l’investissement de Brive qui sert 7.000 fois moins…) pour avoir une voie dédiée entre la gare du Nord et le Châtelet, ce qui pénalise tout le trafic Nord-Sud en Ile-de-France…
 
En réalité, l’écologie est, sous ses dehors « ruralistes » et régionalistes, un espace dominé par la France urbaine, avec une idéologie d’essence jacobine et libérale, ce qui n’est pas forcément fait pour déplaire. En revanche, ce positionnement tente une synthèse amusante avec des courants alternatifs, et personne ne connaît encore le dosage final qui s’imposera.


(Article précédemment publié sur le blog d'Eric VERHAEGHE le 30 Octobre 2014)
(Mis en ligne le 31 octobre 2014)

Articles similaires
Les coffres-forts qui conservent les graines de...La mère de l'écologie américaine...Les dégâts écologiques du Veganisme, tels que...La guerre des prix agricoles fait rage, de la...La disparition du vrai foie gras artisanal,...Comment résoudre les crises agricoles, dans la...De l’agriculteur au consommateur : la guerre des...Crise des éleveurs : le paysan est aussi un...Pourquoi les prix de l'alimentaire vont...Accaparement des terres agricoles : est-ce un...Les prix agricoles tombés à leurs plus bas...Comment faire pour augmenter la production...2014, une année record pour la production...Des conditions favorables stimulent la production...Comment le caféier fabrique la caféine :...Vous ignorez probablement que les pesticides ont...Construire la résilience en vue d'une...Comment nourrir la Planète avec moins...Abeilles : mais de quelle catastrophe parlez-vous...Le cartel de la potasse s’écrouleAgriculture : le Qatar lance la sienne en plein...Hausse de 6,5% de la production céréalière à 2,5...L’envolée des grains, maïs compris : Round IIHausse de la production agricole nord-coréenneDBA : pour jouer le démarrage d’un long trend...Tour du monde du marché de la BananeArt’s-Way Manufacturing va bénéficier de...Tour du Monde de la culture du TabacIPI, ou de la dynamite dans le secteur des mines...Origin Agritech : la mêche est allumée…Lait et produits laitiers : des marchés mondiaux...Les agriculteurs vont devenir riches et acheter...Les engrais à la hausse : Potash Corp. of...FAO : net ralentissement de la croissance de la...Investir dans les terres agricoles :...Et si les prix actuels du blé étaient faux ?La consommation de viande ovine baisse...La Thaïlande accumule les stocks de riz en...Les experts réclament de nouvelles études sur les...L’agriculture allemande produit davantage, malgré...Viande bovine : qui consomme ? Qui exporte ? Qui...Les agriculteurs vont devenir riches et acheter...« Sans phosphore, pas de vie sur Terre »L'eau et les terres vaudront de l'or !« The daily 236 000 » : Bunge est prêt pour...Classement Mondial des Pays producteurs de VinProtégez-vous contre l'inflation des...La Russie évoque un sommet du G20 sur...Tour du monde des Pays producteurs de caféL’Union européenne en tête de la production, mais...L’invasion d’insectes ravageurs dans le nord de...Phosphates et potasse, ou la ruée vers l’or......