Se connecterS'abonner en ligne

Une rentrée des marchés de change atone…

Référence de l'article : CP5555
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Rémy COVAREL,(4 Septembre 2016)


…C’est qu’il ne s’y passe rien ou si peu en apparence ! L’été, après la secousse du Brexit fin juin, n’a été qu’une longue torpeur de deux mois, que les places boursières ont traversé dans le vert, soutenues par des banques centrales accommodantes, une volatilité globalement en baisse, et des mouvements très faibles sur les plus grandes monnaies.



Ni les effets supposés du Brexit, le coup d’état en Turquie, la crise politique au Brésil, les tests de missiles nord-coréens, la crise en Mer de Chine méridionale, le chaos syrien, le retour des tensions en Crimée, l’asphyxie de certaines économies émergentes (Venezuela, Nigéria , Angola, Mozambique, Kazakhstan, Irak, Libye, etc…), les dettes publiques et privées qui s’empilent un peu partout au gré des politiques accommodantes (Europe, Chine, USA, Japon,…) ne semblent de nature à ébranler la finance mondiale.

Est-ce une vraie résilience globale du système ? Ce qui serait plutôt une donnée positive. Ou, plus dangereusement, le vase peut-il encore absorber quelques gouttes d’eau, mais est maintenant proche de déborder ? Tout le monde est un petit peu dans le brouillard à vrai dire.

Que penser d’un CAC40 qui gagne près de 2 % dans un petit volume après des chiffres de l’emploi corrects aux USA ce vendredi, alors que dans le même temps l’indice Dow Jones reste flat ? Que penser d’un marché de la dette où plus d’un tiers de l’encours des obligations sert des taux d’intérêt négatifs, ce qui ne décourage pas les investisseurs d’acheter ?  C’est presque à croire que le profil d’investissement s’est renversé entre les actions (que l’on achète pour leur « coupon », appelé dividende) et les obligations (que l’on achète pour leur gain en capital, leur valeur s’appréciant à mesure que les taux d’intérêt continuent de baisser).

Devises des pays matures

Pas étonnant, devant un tel paradigme, que les grandes monnaies aient du mal à trouver une tendance et évoluent dans d’étroits ranges, ce qui fait baisser la volatilité sur la partie courte de la courbe (1 mois), alors que la partie longue (1 an) reste stable par rapport à la semaine dernière.
Prenez l’EURUSD, il a ouvert la semaine à 1,1198 pour la clôturer à 1,1156 tout en évoluant  dans un range de 100 pips toute la semaine. Il n’a connu que deux brusques embardées : jeudi quand l’indice américain de production manufacturière pour le mois d’aout est ressorti en légère contraction et vendredi lors de la publication des statistiques sur les créations d’emploi en août aux USA.


(Source: Bloomberg)

Le marché des changes ne regarde que les statistiques américaines, obnubilé qu’il est par le timing de la prochaine hausse des taux promis par la FED. Entre temps, il ne se passe presque rien et le gros de l’activité s’opère par les programmes de trading automatiques des traders haute fréquence qui profitent des micro-décalages générés par les flux de change issus de l’économie marchande, ou par des nouvelles et publications de moindre importance.

 
Si j’en crois mes amis londoniens, l’été fut moyennement beau. J’avais donc bien choisi ma semaine pour y aller puisque j’y ai passé mes journées en bras de chemise sous un beau soleil et pas perdu mon hâle aoutien ! Comme dans tout, « timing is everything ». Mais ce n’est pas qu’à propos du temps que nous avons échangé, le Brexit a alimenté toutes les conversations. Les anglais sont confiants dans leur résilience, même s’ils s’attendent à un effet de second tour sur leur économie quand on rentrera dans le dur des négociations. En arrivant ce week-end au sommet du G20 qui se tient en Chine, Thérésa May, le premier ministre anglais, n’a pas promis autre chose à ses administrés. Et c’est vrai que deux mois après la victoire du camp du Brexit, les statistiques économiques anglaises surprennent dans le bon sens. Voilà pourquoi la livre sterling (GBP) enregistre une très bonne semaine, progresse contre toutes les devises des pays matures et repasse sous les 0,8400 en EURGBP et frise les 1,3300 en GBPUSD.

A part la livre sterling, la monnaie japonaise (JPY) a aussi contribué à garder les traders éveillés cette semaine. Les dépenses des ménages en juillet ont moins baissé que prévu et le taux de chômage est ressorti à 3%, un plus bas de 21 ans. Cela a redonné des couleurs au gouvernement japonais et à la BOJ qui espèrent y voir les premiers signes que la politique de relance budgétaire et monétaire de Shinzo Abe porte enfin ses fruits. Les investisseurs ont en tout cas apprécié, le Nikkei progressant de 3,5% sur la semaine, ce qui est plus que tous les grands autres indices boursiers des pays du G10. Les traders sur le change ont donc continué de racheter les positions vendeuses accumulées pendant l’été et l’USDJPY a gagné 2,04% pour s’inscrire juste sous la barre des 104. Prochain test, le niveau psychologique des 105 et la moyenne mobile des cent derniers jours (105,36).

Sinon, les devises des antipodes (AUD, NZD), le dollar canadien (CAD) et la couronne norvégienne (NOK) sont resté plutôt stables contre USD, enregistrant juste un léger recul pour cause de statistiques américaines correctes.

Devises des pays en développement

Pas étonnant devant un tel paradigme (celui que je décrivais en introduction à cet article), que les devises des pays émergents enregistrent des différences de comportement très marquées, étant plus à la merci des facteurs locaux, hors prix du pétrole et du dollar qui les influencent toutes.
Cette semaine, le pétrole a corrigé à la baisse de 6% et le dollar, nous l’avons vu, s’est plutôt renforcé. Cela explique en grande partie la baisse de 1.53% du peso mexicain (MXN) et de 1.73% du rouble (RUB) sur la semaine.



Cela aurait pu affecter le real brésilien (BRL), mais celui-ci a gagné 0.56% contre USD pour revenir proche des 3,2500, car Dilma Roussef, la présidente, a bien été destituée par le sénat brésilien. Même si celle-ci va faire appel, les investisseurs espèrent ainsi que cette longue séquence politique se tourne et que la gestion de l’économie du pays va revenir au centre des débats. L’indice des valeurs brésiliennes Ibovespa a d’ailleurs progressé de 3,3%.

Les monnaies asiatiques sont restées relativement stables. D’ailleurs, pour moi, la nouvelle la plus importante est surtout le fait qu’en même temps que les USA, la Chine ait ratifié ce samedi 3 septembre l’accord de Paris sur le climat. Ce n’est pas un grand bond en avant à la façon Mao Zedong, mais cela reste un signal extrêmement positif de prise de conscience.

 La semaine prochaine, que je vous souhaite excellente, il y a fort à parier que l’activité sera aussi peu dynamique jusqu’à ce que, jeudi, la BCE ne nous livre les conclusions de sa réunion de politique monétaire




(Mis en ligne le 4 Septembre 2016)

Articles similaires
Un marché en Trump-l’œil ?BDD Options de change : mise à jour au 9 Novembre...BDD Options de change : mise à jour au 28 Sept....Vaste lâcher de colombes, de Tokyo à New YorkMarchés financiers et des changes : la fin de...UN jour, la FED finira par remonter son taux...Du Brexit à la Guerre des Monnaies ?Coup de Trafalgar, coup de chauffe, mais pas...Les banques centrales muselées par le BrexitLe marché devient-il foot ?Beaucoup de bruit pour Juin ?Une semaine en mode Festival de CalmeVendez en Mai (....mais quoi ?), et fuyez (…mais...Rallye de printemps, plus pour longtemps?Une semaine PAQUES comme les autres !!Çà FED du bien…. Au moins à court terme !!MOINS par MOINS fait-il vraiment PLUS ?Deux dates à retenir : le 10 mars et le 23 juinDeux jours pour tenter de rassurer le mondeMarché des changes : toujours autant de...An 2016, Semaine 1… Et déjà la gueule de bois...Le Réveil de la Fed. Qu’annonce-t-il pour 2016...Les marchés capitulent avant la trêve (….et la...Le marché est-il plus royaliste que le roi ou le...Une semaine à oublier !!Fed et BCE sur une trajectoire de plus en plus...La BCE soutient le redécollage, la PBOC gère...Les marchés ne franchissent pas le RubiconDrôle de trame…Le marché a du plomb dans le dies-aile!La Fed passe….et Manque ???Montera ou montera pas… ?C’est la rentrée….. Pour les banques centrales...Une nouvelle guerre des monnaies, vraiment ?L’été s’ra chaud ?50 nuances de GrèceDrôle de Drachme….Grèce over !!??La Grèce FED toujours l’actualitéPris en sandwich, le marché frôle...Le marché des changes tourne en rond, voire en...Grèce anatomyLe dollar joue aux montagnes russesCorrection bien ordonnée commence par soi-même :...Pas de pont en mai sur les marchésUSD : Pause ou fin de partie ?Le dollar davantage discutéEt s’il n'en reste qu’un, le dollar sera...Dans quel panier mettre ses œufs ?Poisons d’Avril ?L’alternative du diableL'euro à 1,0844 : retour vers le futur