Se connecterS'abonner en ligne

Drôle de Drachme….

Référence de l'article : CP4734
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Rémy COVAREL,(6 Juillet 2015)

Tellement étrange, ce drame, qu’il m’a amené à écrire cet article fort tard dimanche et modifier un petit peu son format.

La semaine a été riche en évènements, comme à son habitude. Aux USA, où la croissance est censément en marche, les commandes manufacturières pour le mois de mai sont ressorties en baisse de 1%. En Afrique du Sud, la confiance des consommateurs  a atteint un plus bas de quatorze ans. En Chine, en trois semaines, l’indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu 30%, soit environ quatre mille milliards d’équivalent dollars.

Et que dire du coup de poker du premier ministre grec qui, avec son référendum, a repris la main politiquement devant la planète entière, alors qu’économiquement et financièrement, la Grèce était et est toujours acculée.

Tout ceci a tenu en haleine les marchés et fait monter l’aversion au risque chez les investisseurs. Les bourses ont fini logiquement la semaine dans le rouge.

Assez étonnamment, les monnaies n’ont pas varié de façon uniforme comme en cas de panique. L’euro a pris bien sûr un peu de plomb dans l’aile et clôturé vendredi à 1,1114 en baisse de 0,47 % contre USD. Mais l’USD a par exemple aussi baissé contre JPY, alors qu’il a progressé contre CHF sur la semaine. Ces deux devises servent traditionnellement de valeur refuge en cas de grand stress des marchés.



De même, si les monnaies des pays émergents ont logiquement cédé du terrain, ce ne fut pas la débandade. Certes la Russie, qui a échappé de peu à une baisse de sa note par l’agence de rating Fitch, devrait voir son économie se contracter de 3,5 % cette année. Elle a vu sa monnaie le rouble (RUB) perdre plus de 2 % contre l’USD et signer la plus mauvaise performance de la semaine. Rien que de très logique, mais cela reste un cas isolé.

Comme bien souvent entre les monnaies et les marchés boursiers, le juge de paix est le marché des taux d’intérêt. Force est de constater qu’il n’y a pas eu de mouvement de panique. Les taux longs sur l’USD, l’EUR ou le GBP se sont détendus sur la semaine ce qui peut indiquer une attractivité renouvelée. Mais dans le même temps, le 10 ans espagnol qui valait 2.38 % le 30 juin, a fini la semaine à 2.21 %, référendum en Grèce ou pas.

C’est donc un drôle de drachme que semblent vivre les marchés financiers en ce moment. Tout est réuni pour les envoyer à la cave : croissance mondiale en berne, bulle boursière qui éclate en Chine, reprise américaine pas aussi flamboyante ni linéaire que d’aucuns le prédisaient, crise grecque.  Et pourtant la réaction est somme toute mesurée. En témoigne l’indice VIX, indicateur de volatilité des marchés financiers américains et qui sert à tort ou à raison de proxy à toute la communauté financière pour mesurer l’indice de stress global des marchés. Certes, il est passé de 12 à 16%, mais il est très loin de ses niveaux de la crise des subprimes (2008), où il tangentait les 80%, et des premiers soubresauts de la crise dette européenne en 2010 et 2011, où il frôlait les 50%, alors que, potentiellement, la fin d’une « certaine forme de la zone euro » est à nos portes.



(Source : Bloomberg)


Parlons-en justement, à l’heure où j’écris ces lignes, les urnes semblent avoir livré leur verdict en Grèce où le« Non » l’emporterait à plus de 61% sur 90 % de bulletins dépouillés. Dans les premiers échanges en Asie, l’EURUSD a bien évidemment baissé, passant brièvement sous le seuil psychologique des 1,1000, avant de se reprendre. La liquidité est loin d’être excellente mais les décalages, à l’aune de la nouvelle, ne sont pas non plus vertigineux.

Est-ce la fin de la Grèce dans l’Euro ? Avec quelles liquidités les banques grecques vont-elles pouvoir rouvrir ? Les négociations entre Grecs, européens et FMI vont-elles reprendre dès demain ? Y aura-t-il un effet domino sur d’autres pays (Portugal, Irlande, etc…) ?

Personne pour l’instant n’a la réponse à ces questions et tous les regards sont tournés vers les chancelleries européennes et notamment Berlin. Le mois de juillet risque donc d’être très animé entre le dossier grec et la possible hausse des taux d’intérêt aux États-Unis à la rentrée. Mais malgré toutes ces interrogations, la volatilité sur le marché des changes est restée calme dernièrement :




Ce que je trouve remarquable, c’est que pour l’instant, même si les marchés financiers ont corrigé, il n’y a pas de panique. La Grèce ne représente que 2 % de la zone euro et le marché a déjà pris en compte le fait que peu ou prou une grande partie de la dette grecque était perdue pour ses créanciers. Je n’anticipe donc pas pour la semaine qui vient une plongée de l’euro par exemple, ni une remontée exagérément forte des taux longs des pays core.

C’est le début de la période estivale et ceux des opérateurs qui sont partis ont fermé la majorité de leurs positions. Une poursuite de la dégringolade du marché chinois me paraît revêtir beaucoup plus d’importance systémique pour la croissance de notre petite planète et donc le prix des actifs.
Gardez donc cette semaine encore un œil sur le dossier grec, mais pointez l’autre sur Pékin.

Bonne semaine malgré tout...



(Mis en ligne le 6 Juillet 2015 à 8h15)
 
 

Articles similaires
Un marché en Trump-l’œil ?BDD Options de change : mise à jour au 9 Novembre...BDD Options de change : mise à jour au 28 Sept....Vaste lâcher de colombes, de Tokyo à New YorkMarchés financiers et des changes : la fin de...Une rentrée des marchés de change atone…UN jour, la FED finira par remonter son taux...Du Brexit à la Guerre des Monnaies ?Coup de Trafalgar, coup de chauffe, mais pas...Les banques centrales muselées par le BrexitLe marché devient-il foot ?Beaucoup de bruit pour Juin ?Une semaine en mode Festival de CalmeVendez en Mai (....mais quoi ?), et fuyez (…mais...Rallye de printemps, plus pour longtemps?Une semaine PAQUES comme les autres !!Çà FED du bien…. Au moins à court terme !!MOINS par MOINS fait-il vraiment PLUS ?Deux dates à retenir : le 10 mars et le 23 juinDeux jours pour tenter de rassurer le mondeMarché des changes : toujours autant de...An 2016, Semaine 1… Et déjà la gueule de bois...Le Réveil de la Fed. Qu’annonce-t-il pour 2016...Les marchés capitulent avant la trêve (….et la...Le marché est-il plus royaliste que le roi ou le...Une semaine à oublier !!Fed et BCE sur une trajectoire de plus en plus...La BCE soutient le redécollage, la PBOC gère...Les marchés ne franchissent pas le RubiconDrôle de trame…Le marché a du plomb dans le dies-aile!La Fed passe….et Manque ???Montera ou montera pas… ?C’est la rentrée….. Pour les banques centrales...Une nouvelle guerre des monnaies, vraiment ?L’été s’ra chaud ?50 nuances de GrèceGrèce over !!??La Grèce FED toujours l’actualitéPris en sandwich, le marché frôle...Le marché des changes tourne en rond, voire en...Grèce anatomyLe dollar joue aux montagnes russesCorrection bien ordonnée commence par soi-même :...Pas de pont en mai sur les marchésUSD : Pause ou fin de partie ?Le dollar davantage discutéEt s’il n'en reste qu’un, le dollar sera...Dans quel panier mettre ses œufs ?Poisons d’Avril ?L’alternative du diableL'euro à 1,0844 : retour vers le futur