Se connecterS'abonner en ligne

L'euro bientôt à parité avec le dollar ?

Référence de l'article : CE7722
ImprimerEnvoyer par mailLinkedInTwitterFacebook
écrit par Alexandre MIRLICOURTOIS,Directeur de la conjoncture et de la prévision,XERFI (6 Septembre 2019)

Anticiper le taux de change est probablement l’art le plus incertain dans l’art déjà périlleux de la prévision économique. Rompant avec la plage de stabilité des dernières années, la monnaie européenne a cédé par vagues successives plus de 4% face au billet vert depuis le début de l’année pour tomber en dessous de la barre des 1,10. Et il y a de bonnes raisons pour que ce mouvement de dépréciation se prolonge dans les trimestres à venir. Car, sans être mécanique, l’écart de conjoncture joue à court terme un rôle décisif dans l’évolution de la parité euro / dollar.

Un écart en faveur du billet vert

Or, cet écart joue indéniablement aujourd’hui en faveur d’un renforcement du billet vert. Les États-Unis font la course en tête depuis deux ans maintenant et les prévisions de croissance pour 2019 comme pour 2020 sont bien plus élevées de l’autre côté de l’Atlantique, même si l’écart devrait se réduire un peu.


 
Comme tout scénario, il existe un aléa, mais actuellement les inquiétudes portent plus sur le niveau à venir de croissance eurolandaise qu’américaine, avec pêle-mêle :

1- une Allemagne au bord de la récession et l’accumulation de doutes sur la viabilité de son modèle productif du « tout-export ».
2- Une Italie prise dans un  imbroglio politique sur fond de croissance léthargique.
3- Les incertitudes entourant le Brexit et le risque d’un « no-deal » et ses conséquences sur l’économie européenne.

Le taux de change entre deux monnaies, c’est aussi une histoire d’écart de taux d’intérêt. Un écart très largement reflet de celui de la conjoncture d’ailleurs. Mais pas seulement. Là aussi, le spread est à l’avantage des Etats-Unis. Certes, la politique monétaire de la Fed a changé de direction fin juillet avec une baisse de 25 points de base de son principal taux d’intérêt. Les marchés anticipent dès lors un enchaînement de baisses, comme c’est souvent le cas après une première inflexion, et donc une convergence des politiques monétaires entre les Etats-Unis et la zone euro. Mais c’est sans compter sur l’orientation de la politique européenne.

Des mesures monétaires ultra-accommodantes

La BCE devrait annoncer en effet d’ici la fin de l’année des mesures monétaires ultra-accommodantes, à commencer par une baisse de taux (c’est-à-dire un taux de refinancement négatif) et surtout, le lancement d’un Quantitative Easing 2. Une création monétaire qui agit aussi mécaniquement à la baisse pour le taux de change de l’euro. Dernier facteur de soutien enfin pour le dollar : l'appétit des investisseurs pour les bons du Trésor américain, considérés comme la valeur refuge par excellence. Un report qu’accentue la prolongation des politiques d'assouplissement quantitatif (de rachat de dette) de l’Europe et du Japon, qui ont considérablement réduit le stock d'emprunts d'Etat disponibles pour diversifier les portefeuilles en titres libellés en yen ou en euro.

Tout pousse donc à un renchérissement du dollar. La question est de savoir de combien et à quel horizon. L’évolution sur longue période du taux de change effectif réel, qui indique le pouvoir d’achat véritable d’une monnaie compte tenu de la structure géographique de ses échanges, montre un dollar relativement cher qui se situe au-dessus de sa moyenne de long terme, même s’il reste encore écarté de près de 11% de son sommet.

Or, une chose est sûre, la Fed ne laissera pas faire et c’est ce qui explique aussi son changement de cap de l’été. Il faut bien comprendre que sans son intervention, l’euro serait plus bas encore. La banque centrale américaine peut certainement freiner la descente, mais pas inverser la pente : la barre des 1,05 euro pour 1 dollar pourrait être approchée d’ici la fin de l’année et la parité atteinte en 2020.
 
A moins que. A moins que le doute ne s’installe sur la capacité des Etats-Unis à demeurer solvables à force d’alimenter le monde en titres de dette souveraine. Or les Etats-Unis, c’est aujourd’hui près de 7% de déficit public en phase de croissance, donc potentiellement beaucoup plus en phase de récession, avec une dette publique qui n’est pas stabilisée en % du PIB.



Une récession américaine pourrait dès lors projeter le déficit sur des niveaux rapidement très élevés. Une dynamique, qui, si elle n’est pas contrôlée, peut rapidement dégénérer en crise de défiance à l’égard du dollar. Ce n’est pas le scénario le plus probable pour 2020 mais qu’il ne faudra pas l’oublier ces prochaines années.

_____________________________________________________________________________
Source : XERFI (cf.la vidéo)
 https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Un-dollar-=-un-euro-c-est-pour-bientot-_3747588.html
 
(Mis en ligne le 6 Septembre 2019)

 

Articles similaires
Gains et pertes de change : attention au calcul...Le point sur la livre turque, le peso argentin et...L'euro fort va étouffer la reprise dans...Evolutions critiquables du marché des changes,...Voici l'essentiel du code global de bonne...De l’influence de la politique française sur les...Le point sur la perception du risque politique vu...Pas d’accord avec l’idée du peg yuan-dollarUne crise décisive de la Zone Euro est...Marché des changes : le calme avant la tempêteL'Union Latine, la tentative de monnaie...Euro vs. Dollar : oui à un taux de change de...Les dégâts collatéraux du nouvel armistice...Le niveau des réserves de change est-il optimal...Baisse de l'euro face au dollar : les leçons...Un euro pour un dollar : pourquoi c'est...Les milieux d'affaires allemands déchainés...L’euro monnaie trop forte par faiblesseLe Change au comptant est-il un instrument...L’appréciation de l’euro ou le piège des...Ah, si l’on pouvait dévaluer l’euro !Exports : l’euro, trop fort pour la FranceBen Bernanke menace ou conseilleL'AMF juge préoccupantes les révélations sur...Mario DRAGHI : « un euro au-dessus de 1,30 USD...François Hollande : « Une zone monétaire DOIT...Se doter d’une Politique de change ou succomber...En attendant la reprise, le protectionnisme...L’euro sert de variable d’ajustement au Monde...Vite, un Plaza pour l'euroLes différentes formes de l’avenir de l’Euro sont...Retrouver le furet de la croissance, y compris...